10 choses à savoir sur Vincent Kompany

Vincent Kompany a quitté le Sporting d’Anderlecht par la petite porte. Il a participé à la reconstruction d’un club en galère, sans pouvoir le relever totalement.

Vincent Kompany
© BelgaImage

Enfance

La légende du football belge naît le 10 avril 1986 à Uccle. Il grandit dans le quartier Nord de la capitale où, de son propre aveu, il aurait pu mal tourner. “J’aurais pu intégrer un gang si j’avais voulu impressionner les filles. Je jouais au foot avec ces mecs-là”, a-t-il raconté au Guardian. Son papa, Pierre Kompany, est devenu en 2018 le premier bourgmestre noir de Belgique.

Soulier d’or

En 2003, à 17 ans, il joue son premier match pour le Sporting face au Dinamo Bucarest en préliminaire de la Ligue des champions. Il se fait rapidement une place dans l’équipe, remporte deux titres avec Anderlecht et un soulier d’or en 2004.

Hambourg

À 20 ans, il part pour Hambourg. C’est un échec. Il y découvre les blessures (qui pourriront sa carrière) et s’embrouille avec le club qui lui demande de jouer une semaine après le décès de sa maman ou le force à rentrer alors que les Diablotins performent aux J.O. de Pékin.

Man City

En 2008, Kompany rejoint Manchester City. Sa carrière et le club décollent: quatre titres, deux Cups, quatre League Cups, un titre de meilleur joueur du championnat en 2012, le brassard de capitaine et une statue devant le stade.

Diables

Chez les Diables, il s’impose sans mal au sein d’une des pires équipes que le foot belge ait connues. Avant de devenir le capitaine historique de notre génération dorée. Si les blessures le privent de plusieurs grands tournois, il joue tout de même 86 matchs, avec comme point d’orgue la troisième place du Mondial 2018.

Impliqué

Victime de racisme dès son enfance, Vincent Kompany s’implique très tôt. Il n’a pas peur non plus de répondre au politique. En 2012, après une victoire contre l’Écosse en 2012, il tweete: “La Belgique est à tout le monde, mais ce soir elle est surtout à nous!”, en réponse à Bart De Wever. Il est également titulaire d’une maîtrise en administration des affaires.

BX Brussels

Dans l’optique d’aider la jeunesse bruxelloise, il fonde en 2013 le BX Brussels. “Tant les joueurs que les entraîneurs sont aidés dans le domaine de la cohésion sociale, de l’estime de soi, des langues et aussi guidés vers l’éducation et le travail”, expliquent les responsables du club.

Retour à Anderlecht

En 2019, il revient chez les Mauves comme joueur-entraîneur. L’expérience tourne court: il joue quinze matches, quitte le terrain, forme un duo avec Vercauteren, vire Vercauteren, devient entraîneur principal, gagne un peu, perd beaucoup…

Indiscutable

Kompany et son staff prônent la patience. Le club est en reconstruction et l’avenir passe par les jeunes du cru. Il jouit d’un crédit inédit. Les fans, d’habitude exigeants, acceptent les mauvais matchs sans sourciller.

Sans titre

Cette saison, il termine 3e et atteint la finale de la Coupe. Un bilan positif, mais lassé du manque de moyens du club, il décide de quitter le Sporting. Un énorme échec pour les supporters. Pour le remplacer, les dirigeants mauves ont recruté le coach du voisin saint-gillois, Felice Mazzù.

Sur le même sujet
Plus d'actualité