L’Union Saint-Gilloise va-t-elle sauver le football belge ?

Une surprise comme seule le sport peut en offrir, l'Union caracole en tête du championnat, un an seulement après son retour en D1. Alors que le foot belge est plongé dans les affaires, il faut s'en réjouir !

Casper Nielsen, Union
Belga

C’est " le dernier miracle du football européen ", comme l’a titré l’influent magazine sportif espagnol Marca. L’Union Saint-Gilloise est en passe de réaliser un exploit comparable à celui qu’avait fait le club anglais de Leicester en 2016 : être le petit poucet qui terrasse les David d’un football devenu depuis trop longtemps une histoire d’argent (sale) plutôt qu’un jeu.

Alors que le football belge est plongé dans un marasme de corruption à grande échelle, l’Union pourrait bien être la seule équipe qui justifie encore le maintien du sport-roi. Quasi tous les clubs de l’élite belge sont impliqués dans le #Footbelgate qui risque de mettre à terre un championnat déjà bien mal en point.

Tous ? Non ! Pas l’Union Saint-Gilloise. 48 ans après sa dernière apparition en D1, 125 ans après sa fondation, le matricule 10 caracole en tête du championnat et pourrait bien obtenir le 12e titre de champion de Belgique de son histoire dans quelques mois. Et alors que le club a battu ce dimanche après-midi le grand rival anderlechtois, tous les fans de sport n’ont qu’un mot à la bouche : allez l’Union !

RUSG

Supporters de l’Union depuis 1897 – Belga

Matricule 10

Comment l’Union se retrouve-t-elle en tête du championnat de Belgique avec 9 points d’avance sur le FC Bruges ? Il y a un an, le club était encore en D2 et il végétait encore plus bas depuis des années. Il faut remonter à 1965 pour avoir trace de l’Union en D1 tandis que sa glorieuse époque remonte aux années d’avant-guerres.

L’Union Saint-Gilloise a été fondée le 1er novembre 1897, onze ans avant Anderlecht. Pendant longtemps, c’est le plus grand club de la capitale. Le plus grand club belge, aussi. Le RUSG remporte son premier titre en 1904 et domine ces années d’avant première-guerre mondiale. Il dominera aussi les années 20 et 30. Entre 1933 et 1935, il enchaînera même soixante matchs sans défaite, obtenant le surnom d’Union 60.

1935 marquera pourtant le dernier titre de champion de l’Union qui rentrera ensuite dans le rang. L’Union est un club familial et ne franchit pas l’écueil du professionnalisme, contrairement au Daring Molenbeek ou à Anderlecht. En 1973, il chute en D2 et tombera jusqu’en promotion et autres divisions nationales. On pensait l’Union enterrée avec les vieux souvenirs de la Belgique de papa. Mais l’an dernier, en pleine pandémie, la voilà qui rejoint l’élite !

RUSG

Belga

La connexion anglaise

Comment l’Union se retrouve-t-elle aujourd’hui en tête du championnat de Belgique ? En 2014, il végétait encore en D3. Mais il y a trois ans, déjà, le club marquait les esprits en l’emportant 0-3 à Anderlecht en Coupe de Belgique. L’Union avait finalement été sortie en demi-finale. On sentait néanmoins poindre un retour en grâce.

Depuis sa remontée en D2, les supporters sont de plus en plus nombreux à retrouver le Parc Duden. Un stade familial, à l’ancienne. Avec un kop places debout, des burgers-oignons grillés comme snacks et la chope qui coule à flots. Comme cela se passait dans le temps. Une ambiance bon esprit, bon enfant. Pas d’animosité envers les supporters adverses, mais de la bonne humeur à tous les étages. Au Parc Duden, le football reste un jeu.

L’Union revient de loin et elle doit sa belle situation actuelle à des Anglais. Il y a cinq ans, le club a en effet été racheté par Tony Bloom et son président est Alex Muzio. Deux Anglais attachés au club de Brighton. Ce jumelage offre à l’Union de nouvelles perspectives et de plus grandes ambitions. Au printemps 2021, c’est l’exploit ! L’Union est championne de D2 et remonte en D1. Tristement, ce sacre se fait dans un stade vide à cause de la pandémie…

Supporters de l'Union

Belga

L’Union pour le sport

Rapidement, l’Union pose sa marque sur le championnat 2021-2022. Entraînée par Felice Mazzu (ancien entraineur de Charleroi qui revenait d’une mauvaise expérience à Genk), l’équipe s’appuie sur un groupe soudé et des renforts intelligents. La connexion anglaise leur apporte le Japonais Kaoru Mitoma en début de saison, qui rejoint les Nielsen, Lapoussin, Morris ou le néo-Diable rouge Vanzeir. Sans crier gare, l’Union est rapidement en tête du championnat et termine championne d’automne.

Et on se prend à rêver ! L’Union championne de Belgique ? Avec neuf points d’avance sur le second, le Club Bruges, tout est permis. Mais il faudra passer l’hiver en tête et le programme est chargé : Genk, Bruges, Anderlecht… Tout cela d’affilée. Or, les trois premiers tests ont été réussis : victoire à l’arrachée face à Genk (à la… 97e minute) et match nul qui laisse Bruges à distance. Ce dimanche, c’est Anderlecht qui a chuté au Parc Duden. L’Union championne ? On n’en est pas encore là, mais après le coup de tonnerre du #Footbelgate, ce serait une véritable victoire pour le sport ! Et une belle leçon pour tous ces boursicoteurs qui salopent le football.

Sur le même sujet
Plus d'actualité