Thomas Vermaelen arrête sa carrière: 10 choses à savoir sur lui

Retour sur la carrière de Thomas Vermaelen, du début à la fin de sa carrière en passant par sa vie personnelle.

Thomas Vermaelen à Tubize
Thomas Vermaelen à Tubize pendant l’Euro 2020, le 28 juin 2021 @BelgaImage

C’est fini pour Thomas Vermaelen: à 36 ans, l’arrêt de sa carrière professionnelle est désormais actée, fait savoir Het Laatste Nieuws vendredi. Selon le quotidien, il devrait devenir adjoint de Roberto Martinez chez les Diables Rouges. Une annonce qui résonne comme un départ fracassant pour la génération dorée belge, de plus en plus âgée. Ces derniers mois laissaient toutefois redouter une fin de parcours pour le joueur né à Kappelen, près d’Anvers. Retour sur son parcours, de ses débuts à ce dernier chapitre.

1.Un départ prometteur entre Anvers et Pays-Bas

C’est à six ans que le jeune Thomas Vermaelen se plonge dans le milieu du football en faisant ses armes au Germinal Beerschot, alors appelé Germinal Ekeren. Ses talents sur le terrain lui taillent déjà une certaine réputation, à tel point qu’il est repéré par l’Ajax. Il est alors à peine adolescent. Ce fan de l’Italien Paolo Maldini, défenseur mythique de l’AC Milan, traverse la frontière et arrive dans la catégorie junior du club amstellodamois. Le 15 février 2004, première consécration: il est admis dans la véritable équipe de l’Ajax et joue son premier match professionnel. Résultat: 2-0 pour son club. Il a 19 ans à l’époque.

2.Maturation en terre néerlandaise

Malgré ce début très encourageant, Thomas Vermaelen doit encore faire ses preuves. Il passe ainsi la saison 2004-2005 à Waalwijk, une petite ville du Brabant-Septentrional, à la faveur d’un prêt de l’Ajax. Une parenthèse qui ne durera pas plus longtemps puisqu’en 2005, il revient à l’Ajax pour briller, et pas qu’un peu. Son équipe remporte alors deux fois de suite la Supercoupe des Pays-Bas et la Coupe des Pays-Bas.

3.Un recrutement inattendu par Arsenal

Dans ce contexte, le joueur anversois ne peut que se faire remarquer. En 2006, il intègre les Diables Rouges et en 2009, il est repéré lors d’un entraînement pour la Kirin Cup au Japon, où la Belgique l’avait envoyé au sein d’une équipe B. Le scout en chef d’Arsenal, Steve Rowley, est convaincu par ses prestations et peu après la même année, Vermaelen signe à Arsenal pour 12 millions d’euros.

4.Passage mitigé en Angleterre du "Verminator"

L’avenir semble alors radieux pour Vermaelen. À peine arrivé à Arsenal qu’il est élu meilleur joueur belge évoluant à l’étranger. Sauf que contrairement aux heures de gloire de l’Ajax, son passage dans le club anglais s’avère bien moins fructueux. Arsenal ne remporte que la FA Cup une fois… en 2014. Le Belge s’était pourtant fait remarquer pour son jeu de tête qui lui a permis de marquer quatre buts dès ses deux premiers mois en Premier League. Très vite, il obtient le surnom de "Verminator" car comparé au célèbre robot d’Arnold Schwarzeneger.

5.La malédiction des blessures

C’est aussi à Arsenal que commence son cercle vicieux des blessures. Lors de sa deuxième saison là-bas, son tendon d’Achille est touché et il reste près de huit mois à l’écart. En 2013-2014, c’est le genou qui fait souffrir Vermaelen. La liste ne cesse de s’allonger, que ce soit des problèmes au pied, au genou, à la cuisse, etc. Résultat: près de 100 rencontres ratées avec Arsenal. À la Coupe du Monde 2014, il ne joue qu’une demi-heure face à la Russie avant de se retirer, encore à cause d’une blessure. "Verminator" devient petit à petit l’homme de cristal. Vermaelen passe alors le clair de son temps entre le foot, le repos et Hampstead Heath, un parc situé près de chez lui. Le tourisme, trop peu pour lui. Il n’a ainsi jamais pris le temps de voir le fameux Big Ben durant son passage à Londres.

6.Joueur fantôme à Barcelone

Ce sont ces mêmes blessures qui vont le poursuivre les années suivantes. En 2014, il arrive à Barcelone après un transfert de 10 millions d’euros, un des plus frappants de l’histoire du football pour un Belge. Sa cuisse le fait souffrir et il ne joue pas une seule minute en Liga si ce n’est le dernier jour du championnat, pendant 63 minutes. Son club gagne et il reçoit la médaille des vainqueurs. Mais quelques jours plus tard, retournement de situation. L’UEFA lui demande de rendre cette récompense car il avait trop peu joué pour l’obtenir. Plus tard, il ne participe pas du tout aux grandes victoires de Barcelone: Supercoupe UEFA 2015, la Coupe du Roi 2015 et Supercoupe d’Espagne 2018. De début 2016 à fin 2017, alors qu’il est prêté à l’AS Roma, il est totalement absent de la titularisation pendant 621 jours. Il n’a joué que 12 matchs avec son équipe romaine. Ces mésaventures à l’époque du Barça auraient été si handicapantes pour le club catalan que son directeur sportif, Andoni Zubizarreta, aurait été limogé pour cette raison. Chez les Diables rouges, les démons de Vermaelen le frappent à nouveau lors de la Coupe du Monde en Russie en 2018. Lors de sa première rencontre, il finit avec l’arcade en sang.

7.Crépuscule au pays du soleil levant

En 2019, il quitte la côte catalane pour partir à l’autre bout du monde, au Vissel Kobe, au Japon. Auparavant, seul un Belge avait rejoint l’archipel nippon: Lorenzo Staelens. Pour le coup, la chance semble à nouveau lui sourire. Il remporte ainsi la Coupe et Supercoupe du Japon. En décembre 2021, il annonce son départ, prévu pour le 31 janvier suivant, et dit en retenir beaucoup de bien. "Quelle aventure incroyable. Un pays différent et une culture différente pour moi et ma famille. Nous avons été très heureux ici. Ces deux ans et demi ont été incroyables", écrivait-il sur Instagram. Un retour en Europe semblait alors probable, surtout vu ses bonnes performances en Asie, sans oublier le rendez-vous au Qatar avec les Diables Rouges. "Tout le monde dit: ‘La Coupe du monde arrive bientôt.’ Mais, en même temps, c’est si loin et tant de choses peuvent arriver", confiait-il au Morgen. En effet, depuis, il a pris la décision de quitter le terrain, même s’il devrait encore épauler Roberto Martinez comme adjoint.

8.Un palmarès flatteur

En faisant le bilan de son parcours, Vermaelen cumule pas mal d’honneurs. Il aura été présent un total de 15 ans avec les Diables Rouges. Aucun autre joueur belge actif ne peut se prévaloir d’une telle longévité. Il bénéficie également du deuxième tableau de chasse le plus important pour un Belge: 15 trophées, seulement derrière les 16 de Kevin De Bruyne.

9.Une compagne célèbre

Outre sa carrière sportive, Thomas Vermaelen s’est également fait remarquer Outre-Manche pour être en couple avec une femme: la présentatrice de télévision Polly Parsons. Leur relation a commencé en 2012, alors que le Belge était à Arsenal. Elle était surtout connue pour avoir participé à l’émission pour enfants "Fun Song Factory" ou des séries comme "Genie in the House". En 2017, les deux tourtereaux se marient. Ils ont eu deux enfants, Raff et Ace.

10.Un départ empreint d’émotion

Après l’annonce de l’arrêt de sa carrière ce vendredi, les hommages se sont multipliés pour saluer le parcours de Vermaelen. Le compte Twitter des Diables Rouges a écrit pour l’occasion: "Hasta la Vista, Verminator". Jan Vertonghen l’a remercié en lui disant "Félicitations pour ta grande carrière et à bientôt coach". Une communication officielle est attendue dans la journée pour tourner définitivement la page..

Sur le même sujet
Plus d'actualité