Novak Djokovic perd son appel et doit définitivement quitter l’Australie

Le joueur de tennis Novak Djokovic ne pourra pas participer à l'Open d'Australie, confirment les juges qui ont suivi le raisonnement des autorités.

Novak Djokovic le 21/11/2020
Novak Djokovic le 21 novembre 2020 @BelgaImage

La Cour fédérale australienne a rejeté dimanche le recours intenté par le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic contre l’annulation de son visa et son expulsion du pays. "La Cour ordonne que le recours soit rejeté aux frais du demandeur", affirme la décision, à la veille du début de l’Open d’Australie au cours duquel le Serbe comptait briguer un 21e titre record en Grand Chelem.

Pour éviter d’"alimenter des sentiments anti-vaccination"

Les trois juges ont décidé à l’unanimité, ressort-il. Les arguments ne seront pas avancés avant lundi au plus tôt. Djokovic ne peut plus faire appel de la décision. C’est ainsi que se termine un feuilleton qui a tenu en haleine toute la planète tennis pendant près de deux semaines. Djokovic est arrivé à Melbourne le 5 janvier et s’est d’abord vu refuser son visa. Il a ensuite passé plusieurs jours dans un hôtel de détention, après quoi un juge a ordonné sa libération immédiate le 10 janvier. Le ministre australien de l’Immigration a pu "annuler" cette décision et l’a fait vendredi "sur la base de l’intérêt public".

Djokovic est en détention administrative depuis samedi après que le gouvernement australien a révoqué son visa pour la deuxième fois un jour plus tôt. La présence en Australie de Djokovic, qui n’a pas été vacciné contre le Covid-19, "pourrait alimenter des sentiments anti-vaccination", ont déclaré les autorités australiennes dans une déclaration à la justice. La présence en Australie du champion pourrait même "entraîner une recrudescence des troubles civils", avait ajouté le ministre. Même s’il avait qualifié le risque que Djokovic contamine lui-même des Australiens de "négligeable", le ministre avait estimé que son "mépris" passé des règles sanitaires contre le Covid constituait un mauvais exemple. Ils estiment que le Serbe devrait être expulsé du pays et le tribunal fédéral les a suivis dans ce raisonnement.

Dimanche devant la Cour, les avocats de "Djoko" ont qualifié le placement en rétention de leur client et sa possible expulsion d’"illogiques", "irrationnelles" et "déraisonnables". Le gouvernement "ne sait pas quelles sont les opinions de M. Djokovic actuellement", a plaidé l’avocat Nick Wood, affirmant que son client n’a jamais soutenu publiquement le mouvement anti-vaccination. Le recours que ses avocats avaient formé contre le retrait de son visa n’a donc plus fonctionné.

Djokovic aurait joué son premier match à l’Open d’Australie ce lundi 17 janvier. Le numéro un mondial espérait remporter son 21e titre du Grand Chelem. Ce n’est que la deuxième fois en 18 ans que le Serbe rate un tournoi du Grand Chelem. En 2017, il a dû déclarer forfait pour l’US Open en raison d’une blessure au coude.

Sur le même sujet
Plus d'actualité