Pourquoi la Chine interdit les tatouages à ses footballeurs

Le pouvoir chinois poursuit sa logique de contrôle de la jeunesse qui devient de plus en plus omniprésente et oppressive.

Équipe de foot chinoise aux Émirats-Arabes-Unis
Équipe de football chinoise posant au stade de Sharjah, aux Émirats-Arabes-Unis, le 26 novembre 2021 @BelgaImage

Le ministère chinois des Sports a interdit les tatouages aux footballeurs de la sélection nationale et prié ceux qui en ont de les "enlever", au moment où le pouvoir communiste entend mettre un frein aux tendances jugées vulgaires.

Une société conservatrice et un pouvoir moralisateur

De la musique aux jeux en ligne, en passant par la téléréalité et les cours particuliers, la Chine tente ces derniers mois de reprendre en main sa jeunesse et d’imposer des valeurs viriles, par opposition à une décadence morale qui viendrait de l’étranger. Dans le viseur également, les contenus "vulgaires" diffusés sur le petit écran et les réseaux sociaux, appelés à privilégier plutôt les valeurs "patriotiques". Le régulateur de l’audiovisuel chinois a ainsi appelé ces derniers mois à établir des critères de beauté "corrects" et à bannir les hommes "efféminés" et les "influenceurs vulgaires".

Les footballeurs de l’équipe nationale ont dorénavant "l’interdiction formelle d’avoir de nouveaux tatouages", a indiqué mardi le ministère des Sports, invitant ceux qui en ont à les faire "enlever". "En cas de circonstances particulières […] les tatouages devront être couverts" durant les entraînements et compétitions, a précisé le ministère dans un communiqué, qui interdit le recrutement de tout sportif tatoué.

Les tatouages sont généralement mal perçus en Chine, qui reste très majoritairement une société conservatrice. Mais ils ont un certain succès dans les grandes villes en particulier auprès de la jeune génération. La mesure était diversement appréciée par les fans de football.

Sur le même sujet
Plus d'actualité