Le sport menace aussi de recourir au Conseil d’Etat

Plusieurs acteurs du sport ont annoncé prendre acte de la décision du Conseil d'Etat concernant le secteur culturel en matière de règles sanitaires et demandent qu'une solution identique soit appliquée à leur secteur.

Tom Van Damme, président de la ligue vélocipédique belge
Tom Van Damme, président de la ligue vélocipédique belge / © Belga Image

Ainsi le président de la ligue vélocipédique belge, Tom Van Damme a estimé sur les ondes de Radio 1, dont les propos ont été repris sur Sporza, que l’on pourrait très bien sur cette base autoriser du public lors des prochaines courses de cyclocross.

« Nous pensons avoir quelques arguments sur la table pour pouvoir assouplir des règles disproportionnées et insuffisamment motivées. Nos juristes sont en train de regarder si un recours au Conseil d’Etat est nécessaire. »

Tom Van Damme en appelle au Comité de concertation qui doit se dérouler jeudi pour permettre à nouveau, comme pour le secteur culturel, d’organiser des évènements avec du public suivant certaines conditions. « Nous demandons de revoir les règles. Un parcours de cyclocross s’étend sur plusieurs kilomètres et les spectateurs peuvent facilement se placer à bonne distance de sécurité des deux côtés du parcours. On pourrait fonctionner avec une jauge maximale de 5.000 spectateurs. Sans cela, les organisateurs ne peuvent pas s’en sortir. »

« Il n’y a aucune logique »

Le football amateur a suspendu mardi ses compétitions jusqu’au 17 janvier estimant qu’il n’est pas viable de jouer sans spectateurs. L’aile néerlandophone de la fédération belge de football, Voetbal Vlaanderen, s’est réjoui dans un communiqué transmis mercredi qu’une solution a pu être trouvée pour le secteur culturel, mais estime que la participation à des manifestations sportives devrait être basée sur la même approche.

« C’est très bizarre de pouvoir aller voir un film avec 200 personnes au cinéma et que l’on ne soit pas autorisé à rester en plein air avec 200 spectateurs installés le long d’un terrain de football sur plusieurs centaines de mètres », a estimé Marc Van Craen, le président de Voetbal Vlaanderen. « Il n’y a aucune logique. »

Voetbal Vlaanderen a annoncé examiner les mesures qui peuvent être prises pour contester ces règles auprès du Conseil d’État. « Nous espérons ne pas devoir en arriver là et que le bon sens prévaudra dans ce débat », a conclut Nand De Klerck, porte-parole de Voetbal Vlaanderen.

Sur le même sujet
Plus d'actualité