Le Quidditch va changer de nom

Deux ligues américaines veulent renommer le nom « Quidditch », un sport qui a basculé dans le monde des moldus. Deux raisons principales à cette annonce: se développer et se détacher de J. K. Rowling.

Des joueurs de Quidditch
© Belga Image

C’est l’année dernière et dans la plus grande discrétion que l’US Quidditch (USQ) et la Major League Quidditch (MLQ), deux ligues américaines, ont entrepris les démarches nécessaires pour changer le nom de leur discipline. Dans un communiqué, elles expliquent ce choix qui peut paraitre surprenant.

Besoin d’émancipation

C’est en 2005 que le Quidditch passe par magie du monde des sorciers à celui des moldus. Sans balais volants, quelques adaptations furent nécessaires. Mais le concept reste le même. Après mûres réflexions, deux ligues américaines ont décidé de changer le nom de ce sport. Alex Benepe, un des fondateurs du Quidditch dans la vie réelle, a commenté cette démarche. « Le sport a besoin de son propre espace, sans limites à son potentiel de croissance, et le changement de nom est crucial pour y parvenir », a-t-il déclaré.

Un des obstacles à l’expansion de la discipline, c’est son nom. « Quidditch » est une marque déposée par Waners Bros. Impossible donc de diffuser les matchs ou d’obtenir des parrainages. Avec un changement de nom, les deux ligues rêvent d’un renouveau et d’un développement sans limites. « Je crois que le Quidditch est à un tournant. Nous pouvons continuer le statu quo et rester relativement petits, ou nous pouvons faire de grands pas et vraiment propulser ce sport vers sa prochaine phase. Renommer le sport ouvre tellement de possibilités de revenus supplémentaires pour les deux organisations, ce qui est crucial pour l’expansion », affirme Mary Kimball, directrice générale de l’USQ.

S’éloigner de J.K. Rowling

Le Quidditch est, malgré lui, entaché par J.K. Rowling accusée d’avoir tenu des propos transphobes. Un changement de nom serait synonyme de prise de distance vis-à-vis de l’auteur d’Harry Potter. « Notre sport a acquis la réputation d’être l’un des plus progressistes au monde en matière d’égalité des sexes et d’inclusion », explique le communiqué. Et cela passe notamment par une règle précise: une équipe ne peut avoir plus de quatre joueurs du même sexe sur le terrain à la fois. « Les deux organisations estiment qu’il est impératif d’être à la hauteur de cette réputation dans tous les aspects de leurs activités et pensent que cette démarche est un pas dans cette direction. »

MLQ et USQ précisent cependant que le changement de nom ne modifiera pas leurs acronymes. Les deux ligues invitent celles et deux qui le désirent à participer à cette petite révolution via un sondage.

Sur le même sujet
Plus d'actualité