Record de longévité : pourquoi certaines personnes vivent-elles si longtemps?

La semaine dernière, la doyenne de l’humanité est décédée à l’âge de 118 ans. Comment ces centenaires font-ils pour battre des records de longévité?

Centenaires : comment font-ils?
@ Unsplash

Mardi 17 janvier, sœur André, qui était la doyenne de l'humanité connue depuis le mois d’avril, est décédée dans son sommeil dans sa maison de retraite de Toulon. Clouée sur un fauteuil roulant, aveugle, la Francaise, née Lucile Randon le 11 février 1904 à Alès (Gard), regrettait d’avoir perdu une partie de ses capacités physiques.

Le record de longévité confirmé chez l’humain est détenu par une autre Française, Jeanne Calment, qui a vécu jusqu’à l’âge de 122 ans et 164 jours. Mais pourquoi, et comment, certaines personnes vivent-elles si longtemps ?

A lire aussi : " Pour elle, c’est une libération " : la doyenne de l’humanité, la Française soeur André, est décédée à 118 ans

La génétique

Généralement, c’est la génétique et d’autres facteurs indépendants de notre volonté qui déterminent notre espérance de vie. Bien entendu, des habitudes saines telles qu’une bonne alimentation, la pratique d’un sport ou encore la consultation régulière d’un médecin, peuvent nous aider à vivre plus longtemps, voire même beaucoup plus longtemps. Mais selon une étude parue en 2021 dans eLife, les « super centenaires » doivent leur longévité à des variants génétiques qui rendent particulièrement efficaces les mécanismes de réparation de leur ADN : « Les mécanismes de réparation de l’ADN sont extrêmement efficaces chez ces individus. Ils constituent l’un des facteurs les plus importants d’accroissement de la longévité », a expliqué à NewScientist Claudio Franceschi, de l’université de Bologne, qui a dirigé ces travaux.

Ainsi, le fait d’être né dans une famille dont les membres atteignent régulièrement l’âge de 90 ans, ou plus, peut être un facteur clé pour déterminer votre espérance de vie : « Les gènes sont certainement très importants, en particulier pour atteindre une longévité extrême », a de son côté déclaré Valter D. Longo, directeur du Longevity Institute de l'Université de Californie du Sud, au Discover Magazine.

L’alimentation

Bien entendu, la génétique n’est pas le seul facteur permettant de vivre jusqu’à 100 ans. Il en existe d’ailleurs une multitude, et l’incidence de ces variants génétiques sur la longévité peut être atténuée par de mauvaises habitudes de vie, comme le tabagisme ou une alimentation riche en sucre et en mauvais lipides par exemple. « La prévalence de l'obésité et de maladies comme le diabète nuit vraiment à notre capacité à vivre longtemps en bonne santé », explique Neil Charness, de la Florida State University.

A lire aussi : Dans les "déserts alimentaires", l’Amérique pauvre condamnée à la malbouffe

L’exercice

L’activité physique est également un facteur de longévité humaine. Selon une étude britannique citée par la RTBF, les sportifs professionnels vivraient en moyenne 13% plus longtemps que le reste de la population. Certains sports augmenteraient même l’espérance de vie, comme le tennis par exemple.

A lire aussi : Comment Netflix compte vous mettre au sport

Sur le même sujet
Plus d'actualité