Des scientifiques mettent au point un test sanguin pour la maladie d'Alzheimer

Un nouveau test sanguin permet de repérer la présence d'éléments distinctifs de la maladie d'Alzheimer, se réjouissent les chercheurs.

Personnes âgées aux Pays-Bas
Personnes âgées dans un centre au Pays-Bas, le 3 juin 2022 ©BelgaImage

Un groupe international de scientifiques a mis au point un nouveau test sanguin capable de détecter la maladie d'Alzheimer, rapporte mercredi The Guardian. «Un beau pas en avant», s'est enthousiasmé Bart De Strooper, chercheur sur la maladie d'Alzheimer à l'Institut flamand de biotechnologie (VIB) et à la KU Leuven.

Des tests bientôt disponibles

Il y a une vingtaine d'années, la maladie d'Alzheimer pouvait être diagnostiquée uniquement grâce à un examen post mortem du cerveau du patient. Il y a dix ans, les protéines accumulées dans le cerveau, symptomatiques de la maladie, ont pu être observées pour la première fois grâce à des scans. La maladie d'Alzheimer peut également être détectée en effectuant une ponction lombaire. Ces deux méthodes sont cependant des interventions lourdes et couteuses.

L'année dernière, les scientifiques sont parvenus pour la première fois à mettre au point un test sanguin capable de détecter la présence de deux protéines, la tau et l'amyloïde, qui, en s'accumulant, détériorent certaines fonctions cérébrales, dont la mémoire. Ce nouveau test permet de mesurer la quantité et la forme des protéines tau, de déterminer le degré d'atteinte du cerveau et de distinguer les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer de ceux atteints d'une autre forme de démence.

À lire: Comment la démence est devenue la principale cause de décès en Belgique

«Le puzzle commence à se compléter, la recherche s'accélère», s'est réjoui M. De Strooper. «Il y a quelques mois, on a également appris l'existence du médicament lecanemab, qui inhibe la maladie. L'arrivée de ces tests sanguins pourrait permettre de poser un diagnostic plus rapidement et donc de commencer le traitement plus tôt». Les nouveaux tests pourraient être utilisés effectivement d'ici un ou deux ans, a également estimé M. De Strooper.

Sur le même sujet
Plus d'actualité