Le don de sperme en cinq chiffres

Le Comité consultatif de bioéthique estime que l’anonymat du donneur de sperme ne doit plus être obligatoire. Un avis important sur une question délicate.

don de sperme
© Adobe Stock

9.140

Les derniers chiffres du Belgian Register for Assisted Procreation, datant de 2019, font office de 9.140 injections de sperme issu de donneurs. 90 % concernent des femmes seules ou des couples lesbiens.

10 à 15 %

Le taux de réussite d’une insémination varie entre 10 et 15 % par cycle.

6 à 12

Le nombre de mois qui désignent les délais d’attente - malheureusement assez longs - pour obtenir une insémination.

À lire aussi : Avec ADN, Myriam Leroy évoque sa propre histoire, celle des enfants nés d'un donneur de sperme anonyme

500 €

Le sperme n’échappe pas à l’inflation. Ainsi, le prix d’une injection peut actuellement monter jusqu’à 500 €. Le prix normal est évalué à 300 €.

70

Le donneur peut espérer recevoir entre 50 et 70 € de compensation. Certains hôpitaux sont plus généreux, comme le MontLégia à Liège, où la rémunération grimpe à 100 €.

Le point final

La semaine dernière, on apprenait que le Comité consultatif de bioéthique venait de rendre au ministre de la Santé Frank Vandenbroucke un avis dans le domaine du don de sperme. Il recommande de lever l’anonymat obligatoire du donneur. Il précise néanmoins que la décision de révéler à l’enfant sa conception par don de gamètes doit revenir aux parents. En outre, des études ont démontré que l’ignorance de l’identité du donneur ne provoque pas de problème dans la construction identitaire de l’enfant. Mais l’idée reste pour le Comité de laisser le choix aux personnes directement concernées. Il propose une procédure en trois axes: le donneur et le receveur restent anonymes; le donneur est identifiable; tous se connaissent au moment du don. Un choix qui pourrait être modifié lorsque l’enfant atteint “entre 16 et 18 ans”, propose le Comité. Pour rappel, alors que l’attente s’allonge constamment, la Belgique connaît une grosse pénurie de don de sperme. Une pénurie que les professionnels qualifient de “catastrophique” et qui force les hôpitaux à se tourner vers le sperme des pays scandinaves.

Sur le même sujet
Plus d'actualité