Vos décorations de Noël, mauvaises pour la qualité de l'air?

Certains produits de Noël, installés notamment sur le sapin, peuvent véritablement dégrader la qualité de l'air. Voici quelques conseils pour les éviter.

Sapin de Noël
Une famille décorant son sapin de Noël ©BelgaImage

Si vous êtes en mauvaise santé, peut-être faudrait-il chercher le coupable du côté... de votre sapin de Noël! C'est en substance le message relayé par le réseau français des Associations de surveillance de la qualité de l’air, l'Atmo, un organisme gouvernemental. Car oui, vos décorations peuvent contenir des substances toxiques qui peuvent dégrader la qualité de l'air et ainsi vous causer des soucis de santé non négligeables. Certains produits sont d'ailleurs connus pour être particulièrement préoccupants. Mais rassurez-vous, il y a des alternatives et des astuces pour se protéger.

L'exemple du sapin toxique par excellence

Parmi les composants pointés par l'Atmo, on trouve le PVC. Après production, il «peut dégager d’infimes quantités de Composés Organiques Volatils (COV)», ce qui est suffisant pour émettre de la poussière en vieillissant. Cela «peut présenter une dangerosité de par les particules extrêmement fines qui la composent et qui peuvent pénétrer profondément dans l’appareil pulmonaire», note l'organisme. Le PVC est particulièrement présent dans les colles, peintures, isolants ou lorsque la température est élevée.

Un autre problème, c'est les phtalates, très pratiques pour augmenter la souplesse des plastiques mais considérés aussi comme des perturbateurs endocriniens. Pas de chance pour les fans de Noël: ils sont notamment présents dans certaines guirlandes. Et si vous pensiez remplacer ces petites lumières par des bougies sur la table, c'est encore raté! Tout comme l'encens, cela représente une source de polluants volatils (benzène, formaldéhyde, acroléine, HAP…).

La liste ne s'arrête pas là car sur votre arbre de Noël, d'autres ennemis se cachent. C'est le cas des couronnes et des figurines, qui contiennent du plomb et de l'aluminium, appréciés pour leur maniabilité mais pouvant avoir un impact sur la santé. Les sapins artificiels en contiennent également. D'autres décorations sont ignifugées avec des produits eux aussi classés comme perturbateurs endocriniens. C'est le cas de la neige artificielle, constituée d’une matière plastique traitée de cette façon et de ce fait allergisante, dont les composants sont propulsés dans l'air au moment de la pose.

Connaître les bons et mauvais produits

Si le risque est imperceptible, il est bien réel. C'est ce qu'a démontré en 2018 une enquête en France de la Direction générale de la concurrence (DGCCRF). Elle a analysé 46 objets de Noël vendus sur les principaux sites d'achat en ligne. Résultat: 75% étaient «non-conformes» et 39% «présentaient un danger pour les consommateurs». Trois guirlandes du huit étaient classées dans cette catégorie dangereuses, tout comme cinq jouets en latex sur huit, quatre peluches sur 14 et six costumes sur 16.

À lire: Comment les sapins de Noël affectent votre santé mentale

La prudence est donc de mise pour éviter ces produits nocifs. Pour éviter de devoir se renseigner sur la présence de tel ou tel composant dans telle ou telle décoration, l'Atmo donne quelques alternatives. Il propose notamment de «confectionner des décorations en tricot, en origami, avec des pommes de pin, des feuilles mortes, du houx, des fruits séchés, des bouteilles en plastique ou en verre, etc.». La neige artificielle peut être faite maison «en mélangeant de l’eau et du blanc de Meudon (ou blanc d’Espagne)». Enfin, pensez à des matériaux comme des branches de bois, du carton ou encore du tissu pour personnaliser votre sapin.

Sur le même sujet
Plus d'actualité