BalanceTonYoutubeur : la sexsomnie, réelle pathologie ou nouvelle excuse des agresseurs sexuels?

Le youtubeur Léo Grasset, accusé d'agressions sexuelles, affirme souffrir de sexsomnie. De quoi s'agit-il?

Sexomnie : de quoi sagit-il?
© Unsplash

Léo Grasset, alias DirtyBiology sur YouTube, est accusé d’agressions sexuelles, dont un viol, par huit femmes. Médiapart a révélé des témoignages forts, qui incriminent la star de la vulgarisation scientifique. Le vidéaste s’est défendu dans une vidéo publiée sur YouTube dans laquelle il clame son innocence et affirme souffrir de sexsomnie, une forme de somnambulisme sexuel.

Dans son enquête, Mediapart révélait ce message envoyé par Léo Grasset en juillet 2018 : « Je baise en dormant, des fois. [...] Quand je suis dans cet état-là, j'suis un peu animal. [...] Quand je suis éveillé, je fais vachement attention à l'autre [...], alors que quand je dors, je m'en baleeeeeeeek. »

Mais la sexsomnie, c’est quoi ? S’agit-il d’un trouble réel ou de la nouvelle excuse avancée par les auteurs d'agressions sexuelles ? Léo Grasset n’est en tout cas pas le premier à sortir cet argument. En juin 2022, un homme accusé d’agression sexuelle avait lui aussi plaidé cette pathologie pour sa défense en Tarn-et-Garonne, comme l’indique le magazine Slate.

Parasomnie

La sexsomnie fait partie des parasomnies, un ensemble de troubles du sommeil qui se caractérisent par des comportements anormaux et des expériences indésirables à l’endormissement ou pendant la nuit. Très fréquentes pendant l’enfance, les parasomnies peuvent toutefois persister à l’âge adulte.  Le fait de parler en dormant, par exemple, a déjà été expérimenté par environ 66% des adultes. 6% le vivent au moins une fois par semaine.

Des troubles alimentaires du sommeil ont également été diagnostiqués chez 4,5% de la population. La professeure Isabelle Arnulf, neurologue et spécialiste du sommeil, rapporte dans son livre « Une fenêtre sur les rêves » que l’une de ses patientes avait été réveillée par le bruit de son micro-onde, dans lequel elle avait placé un CD tartiné de fromage. Une autre avait été brutalement sortie de son sommeil en se cassant les dents sur un steak congelé, qu’elle était en train de manger.

A lire aussi : Norman accusé de viol et de corruption de mineurs : six jeunes femmes témoignent dans une vidéo YouTube

Il est donc possible de réaliser de nombreux gestes du quotidien, y compris certaines actions complexes comme faire le ménage ou conduire une voiture, durant son sommeil. La sexsomnie est une parasomnie parmi tant d’autres, à l’exception qu’elle peut être responsable d'agressions sexuelles.

La sexsomnie touche principalement des hommes et apparait généralement pour la première fois entre l’âge de 26 et 33 ans. C’est une forme très particulière de somnambulisme qui se manifeste par une brutale montée du désir sexuel. Elle peut aller de l'exhibitionnisme aux troubles du comportement involontaires et inconscients (érection, masturbation, mouvements du bassin et gémissements explicites, pénétration…). Des comportements dont les patients ne gardent aucun souvenir au réveil.

La drogue, l’alcool, les somnifères, tout comme le manque de sommeil, peuvent favoriser l’apparition des parasomnies et impacter leur récurrence.

Justice

Par le passé, la sexsomnie a déjà été plaidée à plusieurs reprises lors de procès pour viol. Certains accusés ont été condamnés, d’autres acquittés, après avoir été jugés irresponsables de leurs actes. Pour différencier un violeur d’une personne souffrant de sexsomnie, des examens psychiatriques et neurologiques approfondis doivent être réalisés. Le sommeil de la personne accusée doit également être enregistré et analysé en laboratoire spécialisé.

La sexsomnie est donc une réelle pathologie qui peut mener à une agression sexuelle, voire à un viol. Ce qui soulève de nombreuses questions concernant ce trouble et sur comment il doit être jugé par la justice. Reste à voir comment le youtubeur Léo Grasset va préparer sa défense.

Sur le même sujet
Plus d'actualité