Les smartphones sont-ils en train de changer notre morphologie ?

Notre addiction aux nouvelles technologies est-elle en train de modifier nos corps?

© Pexels

Notre utilisation abusive des smartphones est-elle en train de changer notre morphologie ? A en croire de nombreux témoignages publiés sur internet, notre addiction aux nouvelles technologies serait responsable d’une déformation de l’arrière de la nuque, appelée le « text neck ». A force de pencher notre tête en avant pour regarder notre écran, nous serions en train de déformer notre colonne vertébrale.

Qu’en est-il vraiment ? Interrogé par Brut, le kinésithérapeute et ostéopathe Hemrick Verwaerde, relativise. Selon lui, ce ne serait pas notre utilisation des nouvelles technologies qui serait responsable de nos maux mais plutôt la récurrence de la position que l’on adopte pour en faire usage: « On a longtemps pensé que c’était le fait d’être penché vers son écran qui provoquait des douleurs. Mais cette position n’est pas mauvaise, c’est d’ailleurs celle que nos parents ou nos grands-parents adoptaient lorsqu’ils lisaient leurs journaux. La grosse différence, c’est que notre génération y passe beaucoup plus de temps qu’il y a dix, vingt ou trente ans ».

A lire aussi : 10 choses à savoir sur Mindy, l’humain du futur

Excroissance dans la nuque

En 2019, des chercheurs de l’Université de la Sunshine Coast, en Australie, avaient observé l’apparition d’une excroissance osseuse au bas du crâne de jeunes adultes. Cette étude, publiée dans Scientific Reports, affirme que 4 jeunes sur 10 sont touchés par ce phénomène causé par l’utilisation abusive des nouvelles technologies. En effet, le poids de la tête, toujours penchée en avant, est déplacé de la colonne vertébrale vers les muscles à l’arrière du crane, ce qui entraine les tendons et les ligaments de connexion. C’est ce transfert de poids qui provoque l’accumulation osseuse et qui « peut être comparée à la façon dont la peau s’épaissit en callosités en réponse à une pression ou à une abrasion », expliquait à l’époque le Washington Post dans un article détaillé.

 

Les pouces et la main

Par ailleurs, les pouces seraient aussi touchés par ces « déformations » : « Le fait de scroller va entraîner, toujours, la même utilisation de certains tendons au niveau de l’articulation du pouce. Vu que cette articulation est très superficielle et très proche de la peau, si des inflammations ou de l’arthrose doivent se développer, ça arrivera beaucoup plus rapidement », explique l’ostéopathe.

Une étude britannique réalisée auprès de 2000 personnes avait révélé en 2016 que 5% de la population était dotée d’un pouce plus gros que l’autre. Et le responsable de cette statistique surprenante serait le smartphone. Chez les plus jeunes, ce chiffre monte à 10%.

A lire aussi : Tous addicts aux écrans : quelle est l’ampleur du phénomène ?

L’agrandissement des modèles de téléphone aurait également pour conséquence d’accentuer la courbe de nos mains. La zone de l’auriculaire où est maintenu notre smartphone n’est pas censée supporter une charge aussi lourde, ce qui a pour conséquence d’épaissir l’épiderme et de créer une « bosse » : « Il est possible qu’à l’avenir, plus personne n’ait cette bosse de l’écriture et que tout le monde ait cette bosse du smartphone », a expliqué Sonia Duprey, chercheuse à l'Université Claude-Bernard-Lyon 1, à Slate.

Sur le même sujet
Plus d'actualité