Climat : un virus "zombie" coincé dans la glace pendant 48.500 ans reprend vie

La fonte du pergélisol - un sol perpétuellement gelé, parfois depuis des millions d'années – causée par le changement climatique pourrait constituer une nouvelle menace pour l’homme, selon des chercheurs.

Un virus zombie réveillé par des chercheurs
Pour les étudier, des chercheurs ont ramené à la vie plusieurs virus © Unsplash

Au cours d'une étude menée par des chercheurs européens, une vingtaine de virus piégés dans l'emprise glacée du pergélisol sibérien ont été ramenés à la vie. L’un d’eux se trouvait dans un lac russe depuis plus de 48.500 ans.

Selon les résultats de ces recherches, treize de des agents pathogènes resteraient infectieux malgré les millénaires passés piégés dans le sol gelé. Les scientifiques les ont rebaptisés « virus zombies » : « Une partie de la matière organique est constituée de cellules ressuscitées telles que les procaryotes et les eucaryotes unicellulaires, ainsi que de virus restés en sommeil depuis la Préhistoire », écrivent-ils dans un article publié sur BioRxiv relayé par Bloomberg.

A lire aussi : Réchauffement climatique : le rapport alarmant de l’ONU sur l’état des glaciers

Depuis longtemps, les scientifiques avertissent des dangers du dégel du pergélisol dû au réchauffement climatique. En plus de libérer des gaz à effet de serre, piégés dans la glace sous forme de méthane, ce processus pourrait donc également avoir des effets néfastes sur notre santé. Les virus trouvés dans le pergélisol sibérien seraient en effet potentiellement capable d'infecter les animaux et/ou les êtres humains.

"Le danger est réel"

Les travaux de ces chercheurs montrent d’ailleurs que ce risque est "réel" : « Il est probable que le pergélisol ancien libère ces virus inconnus lors de sa décongélation », affirment-ils. Toutefois, l’étude doit encore être évaluée par des pairs et de nouvelles analyses devront être menées afin d’estimer l’intensité du danger : « Il est encore impossible d'estimer combien de temps ces virus pourraient rester nuisibles pour notre santé une fois qu'ils sont exposés aux conditions extérieures, telles que la lumière et la chaleur. Nous ne savons pas non plus quelle sera la probabilité qu'ils rencontrent et infectent un hôte dans l’intervalle », ajoutent-t-ils.

Cependant, le risque devrait s'accentuer avec le temps en raison du réchauffement climatique selon les scientifiques : « La fonte du pergélisol va continuer son accélération et davantage de personnes seront amenées à peupler l’Arctique à la suite d’entreprises industrielles », estiment-ils.

Sur le même sujet
Plus d'actualité