La recherche contre le cancer est-elle à un tournant historique ?

La recherche en oncologie avance de façon si spectaculaire que la plupart des tumeurs pourraient être bientôt traitables. Explications en vidéo.

© Adobe Stock

Les perspectives dans la recherche sur l’oncologie sont encourageantes. De nouvelles formes de soins non spécifiques voient le jour, comme la thermothérapie et l’immunothérapie. L’ARN messager, utilisé pour concocter le vaccin contre le Covid-19, fait partie de ce pan de solutions. Concrètement, les vaccins à ARNm sont capables de faire réagir certaines protéines des cellules dans le but de déclencher une réponse immunitaire. Ce processus est couplé au développement de cellules mémoires, sur lesquelles la réponse immunitaire se base pour être plus adéquate. L’ARNm est en mesure de cibler des pro­téines tumorales, et donc de guérir un malade. “Dans ce cadre-ci, le vaccin à ARN messager ne sert pas à empêcher le cancer de survenir, mais bien à attaquer des cellules cancéreuses déjà développées. Il s’agit d’un médicament, pas d’un vaccin préventif comme pour le Covid”, précise le professeur François Duhoux.

Ainsi, mi-octobre, les laboratoires Moderna et Merck ont noué un accord pour développer un vaccin à ARNm contre le cancer de la peau. La société BioNTech, du couple devenu célèbre pendant la pandémie, Ugur Sahin et Özlem Türeci, y travaille également. Une sorte de retour aux sources pour eux qui avaient interrompu leurs études oncologiques pour se préoccuper du Covid-19 en 2020. Ils ­évoquent un remède contre le cancer d’ici 2030.

Retrouvez la suite de notre dossier sur Le cancer vaincu en 2030

Sur le même sujet
Plus d'actualité