Selon une étude, le cannabis pourrait être plus nocif pour les poumons que le tabac

Fumer du cannabis pourrait être plus nocif pour les poumons que le tabac, selon une étude canadienne réalisée sur un échantillon réduit et publiée mardi dans la revue Radiology.

les effets du canabis
Selon une étude canadienne, le cannabis pourrait être plus nocif sur la santé que le tabac © AFP

Des chercheurs de l’université et de l’hôpital d’Ottawa ont examiné les radiographies pulmonaires de 56 fumeurs de cannabis, 57 non-fumeurs et de 33 personnes qui fumaient du tabac uniquement entre 2005 et 2020. Résultat: ils ont trouvé des taux plus élevés d’inflammation des voies respiratoires et d’emphysème (une maladie pulmonaire) chez les fumeurs de cannabis par rapport aux fumeurs de tabac et aux non-fumeurs.

" La consommation de marijuana est en augmentation et il y a cette idée qu’elle est sans danger, ou qu’elle est plus sûre que les cigarettes ", a déclaré à l’AFP Giselle Revah, radiologue à l’hôpital d’Ottawa, où la recherche a été menée. " Mais cette étude soulève des inquiétudes quant à la possibilité que ce ne soit pas exact ", a-t-elle ajouté.

Selon cette spécialiste, les taux plus élevés d’inflammation et de maladie chez les fumeurs de cannabis par rapport aux fumeurs de tabac pourraient être liés aux différentes façons dont les drogues sont généralement consommées." La marijuana est fumée sans filtre alors que le tabac l’est généralement ", a-t-elle expliqué. " Lorsque vous fumez de la marijuana non filtrée, davantage de particules atteignent vos voies respiratoires, s’y déposent et les irritent. " 

De plus, selon cette experte, " les gens prennent généralement de plus grosses bouffées de marijuana et gardent la fumée plus longtemps dans leurs poumons, ce qui peut entraîner un plus grand traumatisme au niveau de ces espaces aériens ".

Toutefois, les auteurs de l’étude soulignent que certains des fumeurs de cannabis fumaient aussi du tabac. Certaines radiographies pulmonaires n’ont pas non plus apporté de résultats concluants, ce qui veut dire que des études supplémentaires sont nécessaires. Et, d’après Mme Revah, il existe très peu de recherches concernant les effets du cannabis sur la santé, celui-ci étant interdit dans la plupart des pays.

Sur le même sujet
Plus d'actualité