Covid, grippe: l’OMS appelle l’Europe à ne pas baisser la garde

L'OMS alerte également sur l'émergence d'un variant du virus de la polio qui se répand à travers le monde.

Hans Kluge
Le directeur régional de l’OMS en Europe, Hans Kluge, le 17 mai 2022 ©BelgaImage

À l’approche de l’hiver, l’OMS a souligné lundi la nécessité de ne pas baisser la garde à l’heure où les cas de Covid et de grippe augmentent en Europe, convoquant l’exemple de la polio pour justifier l’utilité de la vaccination. "Ce n’est pas le moment de se relâcher", a affirmé le directeur-régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la Santé Hans Kluge lors d’une conférence de presse en ligne.

Les maladies infectieuses dans le viseur, y compris la polio

Au début de l’automne, la région européenne, qui regroupe 53 pays dont certains en Asie centrale, était à nouveau l’épicentre de l’épidémie comptant 60% des nouveaux cas de Covid dans le monde. Parallèlement, un pic de cas de grippe saisonnière a été enregistré. Avec cette nouvelle vague de Covid, décès et admissions en soins intensifs n’augmentent que faiblement, a souligné l’OMS insistant sur le lien avec la vaccination.

À lire: Covid: pourquoi les vaccins nasaux restent une piste à suivre

"La vaccination reste l’un de nos outils les plus efficaces contre la grippe et le Covid-19", a-t-il dit lors de cette journée mondiale de la polio. Cette maladie, qui frappe surtout les très jeunes et provoque des paralysies, a pratiquement disparu dans le monde occidental mais un variant du poliovirus dérivé des vaccins oraux a récemment été détecté au Royaume-Uni, en Ukraine, en Israël et à New York. Moins virulent que le virus naturel, ce variant peut toutefois provoquer des symptômes graves, comme des paralysies des membres de patients non vaccinées. Rare, ce variant est devenu plus fréquent au cours des dernières années en raison des faibles taux de vaccination au sein de certaines communautés.

"Partout dans le monde, si nous laissons des gens derrière, le virus de la polio est un très bon baromètre pour nous dire qui ils sont", a relevé un expert de l’OMS Europe, Siddhartha Datta. "Il s’agit de groupes de population mal desservis parce que, pour une raison ou pour une autre, ils n’ont pas été couvert par la recommandation de l’OMS d’une couverture (vaccinale) de 95%". Aucun cas du virus naturel de la polio n’a été rapporté en Europe depuis plus de vingt ans. "Ce n’est pas quelque chose que nous pouvons considérer comme acquis", a toutefois souligner M. Kluge. Dans l’ensemble de la région, la couverture par la troisième dose de vaccin antipolio a diminué de 1% entre 2019 et 2020. En 2021, seuls 25 des 53 pays avaient atteint le taux de couverture vaccinale contre la polio à hauteur de 95%.

Sur le même sujet
Plus d'actualité