Diabète de type 2: un tiers des Belges atteints ne le savent pas encore

Des centaines de milliers de Belges ne savent pas qu'ils sont atteints de diabète, et une analyse montre que de plus en plus de monde est à risque.

Malbouffe, cause du diabète
Illustration de la malbouffe sous forme de donuts, une des causes principales du diabète ©BelgaImage

On estime que 400.000 Belges souffrent de diabète de type 2 mais ne le savent pas encore. Cela représente pas moins d’une personne sur trois sur les 1,14 million de personnes estimées atteintes de diabète de type 2 dans notre pays. C’est ce que rapporte la Ligue flamande du diabète dans une analyse basée sur les chiffres de l’institut de santé Sciensano.

Des taux de diabète toujours en augmentation

Le mode de vie occidental malsain et les taux d’obésité croissants – 59,5% des adultes belges sont en surpoids, selon l’Organisation mondiale de la santé – sont une source de préoccupation pour la Ligue du diabète. Les chiffres du diabète sont alarmants, dit-il. "On peut estimer à partir des données les plus récentes de Sciensano que 1,14 million de Belges souffrent de diabète de type 2, dont environ 600.000 personnes en Flandre. Plus choquant encore: un Belge sur trois atteint de diabète de type 2 – environ 400.000 – ne sait pas encore qu’il est concerné", selon la Ligue du diabète.

Le diabète de type 2 est une maladie dormante et le risque augmente à partir de 45 ans. "En attendant, un Belge adulte sur 10 souffre déjà de diabète. Il y a dix ans, c’était encore 1 sur 12. Le manque d’exercice et une alimentation malsaine font que de plus en plus de personnes, même à un plus jeune âge, reçoivent un diagnostic de diabète de type 2", déclare Arnout Wouters, directeur général de la Ligue du diabète.

Les dépenses de santé liées au diabète s’élèvent à 5,82 milliards d’euros à la charge de la sécurité sociale belge. 94% de cela va au traitement des complications. Ceux-ci peuvent être largement évités grâce à la prévention et à la détection précoce du diabète de type 2.

En plus du grand nombre de personnes atteintes de diabète, de nombreuses personnes courent un risque accru de développer un diabète de type 2. On estime que cela concerne pas moins d’un quart des plus de 45 ans. C’est pourquoi la Ligue du diabète, avec le soutien du gouvernement flamand, lance en novembre une campagne de prévention qui se concentre sur les personnes présentant un risque accru de diabète de type 2 et leur environnement, y compris par le biais des médecins généralistes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité