Covid-19: le nouveau sous-variant d’Omicron reste encore très peu présent en Belgique

Emmanuel André a indiqué suivre « très activement » le nouveau sous-variant d’Omicron, baptisé BQ.1.

Covid-19: le nouveau sous-variant d’Omicron reste encore très peu présent en Belgique
@BELGAIMAGE

Dans un tweet, Emmanuel André évoquait jeudi la présence en Belgique d’un nouveau sous-variant d’Omicron, baptisé BQ.1. Selon le microbiologiste, ce variant "émerge rapidement dans plusieurs pays autour du monde", dont la Belgique. "Il est possible que celui-ci joue un rôle important prochainement", a-t-il pointé. "Nous suivons ce variant très activement", a-t-il ajouté auprès de Sudinfo.

Dans La Libre, le virologue Steven Van Gucht a apporté quelques précisions sur ce nouveau sous-variant, qui reste encore très peu détecté chez nous. "On ne sait rien sur la contagiosité ni sur la sévérité de ce sous-variant donc il est vraiment trop tôt pour se prononcer sur son impact potentiel", juge le virologue Steven Van Gucht.

Pour l’infectiologue Yves Van Laethem, il n’a pas lieu de s’inquiéter à ce stade. "On ne peut pas dire si ce nouveau sous-variant d’Omicron provoquera une nouvelle vague d’infections, Les données précises ne sont pas encore disponibles chez nous. Il se peut d’ailleurs que le variant actuellement dominant en Belgique soit responsable d’une nouvelle hausse des cas, ce n’est pas impossible. Mais pour le moment, on ne voit aucun autre variant venir prendre le relais", a-t-il expliqué dans le quotidien.

Tendance à la hausse, mais…

Selon les derniers chiffres de l’ l’Institut de santé publique Sciensano (mis à jour vendredi matin), le nombre de personnes admises à l’hôpital pour cause de Covid-19 a légèrement augmenté entre le 16 et le 22 septembre, à près de 58 hospitalisations quotidiennes en moyenne (+4% par rapport aux sept jours précédents). Entre le 13 et le 19 septembre, 1.947 nouvelles contaminations  ont été dépistées en moyenne par jour, en hausse de 17% par rapport à la semaine précédente.

Des chiffres qui indiquent une certaine tendance à la hausse, mais à relativiser tout de même : ces chiffres n’ont plus été aussi peu élevés depuis l’été 2021 et une petite variation peut rapidement faire changer ces pourcentages. Reste que la Belgique doit se préparer à une nouvelle vague de covid à la mi-octobre, d’après les modèles scientifiques,  a indiqué vendredi l’institut de santé publique Sciensano. Les conséquences de cette vague (nombre de contaminations, d’hospitalisations, etc.) dépendront de la couverture vaccinale automnale.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité