Covid: la vague automnale aurait-elle déjà commencé?

Avec des chiffres à nouveau en hausse, en Belgique et dans les pays voisins, le retour d'une nouvelle vague de Covid-19 se fait de plus en plus concret.

Covid: la vague automnale aurait-elle déjà commencé?
Un test Covid-19 positif (à droite) et négatif (à gauche), Průhonice (Bohême-Centrale, République tchèque) le 16 août 2022 ©BelgaImage

Tous les experts s’y attendent: le Covid va rebondir cet automne. Mais alors que l’été se termine demain, il se pourrait que le coronavirus reprenne déjà de la vigueur maintenant. C’est en tout cas ce que pourrait laisser croire la hausse de certains indicateurs épidémiologiques constatés dans plusieurs pays, dont la Belgique. Une tendance réelle mais pour l’instant assez limitée et qui correspond plus ou moins aux projections faites pour la saison à venir.

Des tendances réelles mais encore fragiles

Selon les derniers chiffres publiés par l’Institut belge de santé Sciensano, certains voyants sont en effet repassés au rouge. C’est le cas des cas confirmés de Covid-19, en hausse de 8%. Les décès augmentent de 15%, voire de 23% en hôpital. Enfin, l’occupation de lits en soins intensifs est sur une pente très légère, de 2%. Seuls indicateurs encore au vert: les admissions à l’hôpital (-7%), le nombre total de lits occupés en hôpital (-4%) et les décès en maison de repos (-50%). Le taux de reproduction du virus est de 0,968, très proche de la barre fatidique de 1 (qui atteste d’une reprise épidémique).

Précisons tout de suite qu’il faut relativiser ces hausses et ces baisses. Les chiffres n’ont parfois plus été aussi peu élevés depuis l’été 2021 et une petite variation peut rapidement faire changer ces pourcentages. Le cas des décès en maison de repos est parlant de ce point de vue, puisqu’on est passé d’une moyenne journalière sur sept jours de 0,6 morts à 0,3. Autant dire qu’à ce niveau-là, un seul décès peut faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Le nombre de lits occupés en soins intensifs est à son plus bas niveau depuis l’été 2020, avec 56 au total.

Une tendance similaire dans (presque) tous les pays voisins

Par contre, il est probable que le nombre de cas de Covid-19 entame véritablement une hausse. Il y avait une moyenne journalière sur sept jours de 1.548 cas avant. Maintenant, il y en a 1.664. Cela reste très raisonnable comparé aux niveaux atteints lors des vagues précédentes, où il était parfois question de dizaines de milliers de cas, mais cette tendance se remarque également ailleurs qu’en Belgique.

En France, le nombre de cas réaugmente depuis le 6 septembre et le taux de reproduction du virus a dépassé la valeur 1. Le département le plus touché est celui des Ardennes, à la frontière belge. Dans l’Hexagone, les hospitalisations sont en hausse mais pas encore les décès. Selon Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’université de Genève, cette remontée est liée à la rentrée scolaire. "Comme pour la grippe saisonnière, le Covid-19 s’attaque d’abord aux enfants des maternelles et des classes primaires puis aux jeunes du secondaire, tant en raison des conditions favorables que la rentrée fournit à la propagation du virus que de la très faible couverture vaccinale des jeunes en France", explique-t-il au journal Le Monde. Mais selon le ministre français de la Santé François Braun, "il est trop tôt pour dire que c’est déjà le début de la huitième vague, mais les indicateurs sont à la hausse", affirme-t-il à France Inter.

Aux Pays-Bas, même constat. Les tests positifs au Covid-19 sont en hausse (+6%), tout comme les admissions à l’hôpital (+16%). Au Luxembourg, le taux de reproduction du virus tourne autour de 1,25-1,3 et le nombre de cas de Covid-19 recommence à grimper lentement. Bilan similaire en Allemagne. Par contre, au Royaume-Uni, la chute des indicateurs continue.

Les projections assez fidèles à la tendance actuelle

Vu que la hausse des chiffres épidémiologiques concerne plusieurs pays, le spectre d’un début de nouvelle vague semble être une hypothèse probable. Cela colle assez bien au timing des projections établies en Belgique par les biostatisticiens du consortium SIMID. Selon leurs calculs (visibles dans le graphique ci-dessous), le tout début de la vague automnale était prévu pour la deuxième moitié de septembre. Jusqu’à la fin du mois, la remontée devrait être légère. En octobre, ça se gâte, avec une hausse brutale des chiffres.

Projection de la vague automnale 2022 de Covid-19

©IPM Graphics

Le pic devrait être atteint aux environs de la Toussaint, avec une hauteur qui dépendrait du taux d’administration de la quatrième dose de vaccin, comme nous vous l’expliquions dans un autre article. Pour l’heure, selon les chiffres de Sciensano, 52% des plus de 85 ans ont déjà reçu leur deuxième rappel. Les pourcentages sont ensuite de 46% pour les 75-84 ans, 25% pour les 65-74 ans, et 9% pour les 55-64 ans.

Ensuite, dès novembre, il y aurait une décrue du nombre d’hospitalisations dues au Covid-19. A priori, elle pourrait être continue tout au long du reste de l’année 2022, avec une stabilisation déjà probable fin décembre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité