De plus en plus de jeunes contactent le Centre de Prévention du Suicide

Le Centre de Prévention du Suicide lance une campagne afin d’inciter les jeunes en détresse à parler de leurs problèmes à leurs proches de confiance.

De plus en plus de jeunes contactent le Centre de Prévention du Suicide
De plus en plus de jeunes contactent le Centre – illustration. (@Belga Image)

Cela fait 50 ans désormais que toute personne songeant à mettre fin à ses jours peut appeler gratuitement le Centre de Prévention du Suicide. Au 0800 32 123, ils peuvent trouver des conseils, des réponses à leur question, obtenir rapidement une consultation psychologique ou simplement parler, de façon totalement anonyme.

Mais depuis le deuxième semestre de 2020, l’ASBL constate que le nombre de jeunes appelants, âgés entre 12 et 25 ans, en pleine croissance. En cause : la crise sanitaire, qui leur a "donné l’impression que leurs perspectives d’avenir étaient réduites et entraîné chez eux un isolement psychologique grandissant ou le renforcement d’une solitude existante", explique le Centre dans un communiqué.

Être un poids

Chez beaucoup de ces jeunes en détresse, un point commun se démarque : la crainte d’en parler à leur famille ou leurs amis, pour ne pas créer de souci ou faire de la peine. "Les jeunes que nous avons écoutés ont témoigné ne pas partager leur détresse de peur d’être un ‘poids’ et/ou d’en ‘rajouter’, leur volonté étant très forte de préserver leur entourage", précise l’ASBL. "Or, une souffrance qui ne s’exprime pas va s’accentuer jusqu’à devenir insupportable."

Mais garder ses problèmes de santé mentale pour soi peut contribuer à empirer sa situation.

Le Centre de Prévention du Suicide a pu constater que celait poussait vers du décrochage scolaire, ou l’inverse, un sentiment de devoir à tout prix obtenir de bons résultats, mais également vers des états de déséquilibre, de conduites à risque et/ou de dépendances (scarification, troubles alimentaires, prise d’alcool et/ou drogues, usage obsessionnel des réseaux sociaux, etc.).

Vidéo et réseaux sociaux

Le 10 septembre, c’est la journée mondiale de prévention du suicide. À cette occasion, le Centre va lancer une nouvelle campagne de sensibilisation, qui a pour but précis de lutter contre ce phénomène de renfermement sur soi des jeunes en détresse psychologique.

Nommée "Ne restons pas seul·e·s", elle tournera autour d’un clip "qui envoie un message clair : souffrir n’est pas un choix", indique le communiqué. "Nous pouvons tous être amené·e·s à traverser des périodes de crise. Face à elles, nous avons le droit de demander de l’aide et d’être soutenu·e·s !"

L’idée étant que les 12-25 osent plus exprimer leurs sentiments à leurs proches ou contacter le Centre, même si cela est forcément toujours très difficile dans ce genre de cas.

Le  CPS profite de l’occasion pour ouvrir un compte Instagram (@centrepreventionsuicide) qui diffusera des informations utiles et autres conseils.

"Il est dès lors important de faire comprendre aux jeunes qu’il est primordial de ne pas garder leur souffrance pour eux et de trouver une écoute auprès d’une personne de confiance, bienveillante, et non-jugeante", conclut le Centre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité