Vers un "Toxi-Score" pour signaler les produits ménagers nocifs?

Pour savoir quel impact a un produit sur la santé et l’environnement, un nouvel étiquetage est nécessaire.

Toxi-Score Nutri-Score produits ménagers entretien chimiques toxique nocif France Europe Belgique
@BELGAIMAGE

Dichlore, formaldéhyde, terpènes, phtalates, etc. Derrière des listes de composants aux noms souvent imprononçables, un tiers des produits ménagers contiendrait des quantités importantes de substances "potentiellement nocives", assurait fin 2021 le magazine français 60 Millions de Consommateurs.

Le magazine attribuait à 119 produits nettoyants de 52 marques un "Ménag’Score" les évaluant sur une échelle de A à E. 39 produits étaient déconseillés (notés D ou E) car contenant en quantités importantes des substances irritantes, allergisantes et/ou très nocives pour la santé et l’environnement.

Afin de renseigner le consommateur sur l’éventuelle toxicité des produits d’entretien, le gouvernement français annonçait l’année dernière travailler sur un "Toxi-Score". Bâti sur le modèle du Nutri-score (ce système d’étiquetage classant les produits alimentaires de A à E et du vert au rouge, en fonction de leur valeur nutritionnelle), ce Toxi-Score ne devrait finalement pas être déployé avant deux ou trois ans, selon Usbek&Rica.

Manque de données

Avant de voir ce système d’étiquetage sur tous les produits ménagers, il faudra surmonter plusieurs problèmes. "Le Toxi-Score sera plus difficile à mettre au point que le Nutri-Score", prévenait déjà pour l’Inserm le chercheur Robert Barouki. Contrairement aux aliments, où il n’existe qu’une dizaine de macronutriments et autres composés à prendre en compte pour évaluer leur qualité nutritionnelle, il y aurait plusieurs milliers d’ingrédients potentiellement toxiques à passer en revue.

Les seuils à partir desquels un composant serait réputé nocif devraient aussi faire l’objet d’âpres discussions. D’autant que pour certaines substances, le manque de données sur leur toxicité rend l’entreprise plus compliquée encore.

Il faudra également arriver à convaincre les industriels d’adopter le Toxi-Score ; le projet du gouvernement français ne prévoyait d’ailleurs pas de le rendre obligatoire.

Et en Belgique?

À l’échelle européenne, deux réglementations encadrent aujourd’hui la commercialisation des produits chimiques : le Reach (Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemical), qui évalue les risques de ces molécules, et le CLP (Classification, Labelling and Packaging), qui définit l’étiquetage et l’emballage des produits dangereux.

En avril, la Commission publiait une feuille de route portant sur la restriction des substances chimiques nocives, sans mentionner l’éventuelle mise en place d’un Toxi-Score en Europe. Au niveau belge, aucune annonce concernant la mise en place d’un système équivalent n’a été faite jusqu’à présent.

Ecocert, Ecogarantie, Ecolabel…Chez nous, l’association Ecoconso recense plusieurs labels pour identifier les produits ménagers plus respectueux de l’environnement et de la santé. Mais comme rappelle Ecoconso, un label est "une plus-value, il n’est pas gage de perfection. Il reste intéressant de vérifier la composition sur l’emballage". D’où l’intérêt d’un Toxi-Score.

Sur le même sujet
Plus d'actualité