Les guêpes très nombreuses cet été: que faire en cas de piqûres?

En terrasse, à la plage ou dans son jardin, les guêpes sont véritablement envahissantes cet été. La faute à la météo, plus chaude que d'habitude, des derniers mois. Des nuisibles dont les piqûres peuvent avoir de graves conséquences. Voici les premiers gestes à adopter.

Les guêpes très nombreuses cet été: que faire en cas de piqûres?
© Belga

Cela ne vous aura sans doute pas échappé: les guêpes sont particulièrement nombreuses cette année. En cause: le réchauffement climatique et les conditions météo des derniers mois, inhabituellement chauds, qui ont permis à ces nuisibles de survivre en plus grand nombre. Et forcément, plus elles sont nombreuses, plus le risque de se faire piquer est important. Alors que faire si vous êtes piqués par un de ces envahisseurs de l’été? 

Dans la plupart des cas, les piqures de guêpe ne provoquent qu’une réaction locale: douleur, rougeur et léger gonflement. Ces symptômes disparaissent en général après quelques heures.
En fonction des parties du corps touchées, le gonflement peut être plus ou moins important. On pense notamment au visage ou au cou. Attention si vous êtes piqués dans la bouche ou la gorge, le gonflement peut entraîner un risque d’étouffement. On conseille dès lors de sucer un glaçon pour limiter le gonflement et l’inflammation, et surtout de consulter rapidement un médecin ou les urgences médicales. 

La première chose à faire après avoir été piqué est d’identifier l’insecte responsable de la piqûre. Si les abeilles laissent l’aiguillon et la glande à venin accrochés à la peau, les guêpes piquent sans laisser de dard en général. Le frelon, lui, dispose d’un dard plus long, qui "peut injecter directement le venin dans les vaisseaux sanguins, accélérant ainsi la réaction", selon le Centre Antipoisons. 

Vérifiez ensuite si le dard est, selon l’insecte, toujours dans la peau. Le centre antipoisons conseille de le retirer, auquel cas, avec l’ongle ou le bord non tranchant d’un couteau. "N’utilisez pas de pincette, la glande à venin pourrait éclater et libérer encore plus de venin". 

Il convient ensuite d’apaiser la douleur: pour cela, pensez à appliquer de la glace sur la zone touchée. Un antidouleur peut être administré. Il faut également désinfecter la plaie à l’eau et au savon mais aussi appliquer de l’antiseptique. "Les hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons, bourdons) sont des omnivores et volent des arbres fruitiers vers les poubelles", rappelle à cet égard le centre antipoisons. "Une crème avec des corticoïdes (cortisone) doit également être appliquée pour diminuer l’inflammation", ajoute le professeur Dominique Tennstedt dans les colonnes de l’Avenir. 

Les signes qui doivent alerter 

Une simple piqûre, sans complication, ne nécessite normalement pas de prise en charge médicale. Le centre antipoisons invite toutefois à consulter un médecin "si la réaction locale vient à s’aggraver dans les jours qui suivent la piqûre ou si des signes généraux d’infection (fièvre, frissons) se développent".

Dans de plus rares cas, les piqures de guêpe peuvent également entraîner des réactions plus importantes, surtout si elles sont multiples. On parle alors de réaction toxique, quand la quantité de venin inoculé est plus importante en raison du nombre de piqûres. Comme l’explique le centre antipoisons, des signes généraux viennent alors s’ajouter à la réaction locale: "vomissements, diarrhée, maux de tête, chute de tension et plus rarement, convulsions et pertes de connaissance". Ces symptômes peuvent vous amener à consulter un médecin. 

Dans les cas les plus graves, les piqûres peuvent aussi provoquer une réaction allergique. On parle de choc anaphylactique. Une seule piqûre peut, dans ce cas, suffire.  Selon le centre antipoisons, il s’agit "d’urgences médicales pour lesquelles une hospitalisation est nécessaire". En cas de difficultés respiratoires, de signes cutanés généralisés (au-delà de la seule piqûre) ou de malaises (vertiges, perte de connaissance), il convient de se rendre rapidement aux urgences ou d’appeler le 112. Ces symptômes allergiques se manifestent en général brutalement après la piqure. "L’obstruction des voies respiratoires et le choc cardiovasculaire peuvent entraîner la mort de la victime", prévient le centre antipoisons. En attendant l’arrivée des secours, la victime doit être installée en position couchée et avoir les jambes surélevées. 

Eviter les piqûres

Mieux vaut encore prévenir que guérir. Si les guêpes seront, il est vrai, difficile à éviter cet été, quelques mesures de précaution peuvent être mises en place facilement. Evitez par exemple les parfums forts et les couleurs vives, qui ont tendance à attirer ces insectes. Le centre antipoisons conseille également de ne pas se promener pieds nus dans l’herbe, de rester éloigné des poubelles mal fermées, d’éviter aussi le voisinage des ruches et nids. Si vous êtes allergiques, il est possible de se faire prescrire une trousse d’urgence chez le médecin. Préférez par ailleurs vos boissons – surtout si elles sont sucrées – dans des verres plutôt qu’en canettes. Et puis si un insecte vous tourne autour, on ne le répétera jamais assez: rien ne sert de s’agiter, il vaut mieux rester calme, éviter les gestes brusques et garder la bouche fermée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité