La France craint une pénurie de paracétamol: quid en Belgique?

Nos voisins français connaissent actuellement des tensions autour de l'approvisionnement en paracétamol. Une situation qui a poussé les autorités sanitaires à émettre une série de recommandations pour limiter les quantités délivrées. Pourrait-on connaître les mêmes problèmes en Belgique?

La France craint une pénurie de paracétamol: quid en Belgique?
© Belga Image

La France pourrait-elle manquer prochainement de paracétamol, un des médicaments les plus utilisés à travers le monde? L’Agence Nationale pour la Sécurité du médicament s’inquiète en tout cas des difficultés d’approvisionnement de la molécule. "A ce jour, il existe des retards d’approvisionnement des formes orales et des suppositoires de paracétamol", explique l’agence dans un communiqué. Le 13 juillet dernier, les autorités sanitaires ont donc décidé de prendre des mesures pour limiter les quantités délivrées.

Rien ne change pour les hôpitaux, l’approvisionnement est, selon l’ANSM, assuré. Mais les pharmacies ont été appelées à limiter les commandes en paracétamol et à privilégier la délivrance sur ordonnance. Pour les patients sans ordonnance, l’ANSM a recommandé de limiter à 2 boîtes par personne. Elle incite par ailleurs les patients à ne demander du paracétamol qu’en cas "de besoin immédiat".

L’agence explique également s’être assurée "de la mise en oeuvre d’un contingentement quantitatif par les laboratoires au niveau de la vente aux grossistes-répartiteurs et de la vente directe en officine". Une mesure qui doit permettre de "répartir équitablement les approvisionnements sur l’ensemble du territoire et de préserver les stocks disponibles dans le temps".

Si l’ANSM parle d’un "risque de pénurie", les fabricants se veulent rassurants. Le groupe Sanofi a notamment assuré qu’il n’y avait "aucun risque de rupture de paracétamol en France". Même son de cloche du côté d’Upsa, contacté par nos confrères de Nice-Matin. Les stocks du laboratoire permettraient de "garantir la disponibilité auprès des clients pharmaciens, grossistes et hôpitaux".

Demande boostée par le Covid 

Comment expliquer une telle situation? Chez nos voisins, la 7e vague de Covid, imputée à BA.5., aurait poussé la consommation de paracétamol à la hausse. Une plus forte demande couplée à "des difficultés de production". selon l’ANSM. "On a toujours une forte demande depuis l’hiver, à cause de la Covid et de la grippe, donc les stocks ne se reconstituent pas", poursuit Philippe Besset, président du syndicat de pharmacies FSPF, interrogé par Nice-Matin. Comme le rappellent nos confrères de RTL France, des mêmes tensions sur la disponibilité de la molécule étaient déjà survenues lors de la première vague de Covid-19, au printemps 2020. L’agence s’attend, "d’après les données disponibles à ce stade", à un retour à la normale après l’été.

Et en Belgique? 

Chez nous, le paracétamol ne semble pas être soumis aux mêmes difficultés d’approvisionnement. "A l’heure actuelle, nous n’avons pas d’informations qui indiqueraient une éventuelle pénurie de la molécule", nous répond Nicolas Echement, porte-parole de l’Association pharmaceutique belge.

Même son de cloche du coté de l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS): elle nous confirme ne pas être "au courant de problème d’approvisionnement concernant les analgésiques pour les adultes".  Il existe par contre, selon l’AFMPS, des "indisponibilités temporaires de certaines présentations d’analgésiques pour enfants en raison d’une demande accrue et/ou d’un retard de production. Il s’agit de présentations de médicaments bien connus tels que le Perdolan et le Nurofen". L’Agence appelle toutefois les parents à ne pas constituer de stocks. Ils n’ont "pas de raison de s’inquiéter (…). Il existe des alternatives. Il est en effet possible de basculer entre les formes orale et rectale et entre le paracétamol et l’ibuprofène. Le pharmacien peut également préparer des suppositoires à base de paracétamol".

Sur le même sujet
Plus d'actualité