L’épidémie d’hépatite infantile pas due au Covid mais à un autre virus

Deux études montrent que le coronavirus n'est pas responsable de l'épidémie d'hépatite... du moins pas directement.

Représentation 3D du coronavirus
Représentation 3D du coronavirus @BelgaImage

La récente épidémie d’hépatite aiguë chez les jeunes enfants n’est pas liée au Covid-19. C’est ce que montrent deux études distinctes qui concluent que le nombre élevé de cas d’hépatite peut être associé à un certain type de virus adéno-associé (AAV2).

Pas lié au Covid… du moins pas directement

L’AAV2 ne provoque normalement pas la maladie par lui-même, mais il coexiste souvent avec des adénovirus. Ensemble, ces virus aboutissent sur des maladies qui ressemblent à un rhume ou à la grippe. Deux études récemment publiées par l’Université de Glasgow et le Great Ormond Street Hospital (GOSH) à Londres, qui n’ont pas encore fait l’objet d’un examen par les pairs, montrent désormais que l’AAV2 était présent chez la grande majorité des enfants atteints d’hépatite aiguë étudiés. Ce fut le cas dans les neuf cas examinés par l’Université de Glasgow et dans 94% ou 16 des 17 cas de l’étude GOSH. Ce 94% est bien plus élevé que les 16% de la population générale chez qui le virus se trouve normalement. Les chercheurs concluent donc qu’une double infection par l’AAV2 et un adénovirus ou éventuellement un virus de l’herpès HHV6 offre la meilleure explication du développement d’une hépatite aiguë sévère.

Les deux équipes déclarent qu’une augmentation des infections à adénovirus suite aux confinements sanitaires a joué un rôle dans l’épidémie. Les enfants ont développé une moins bonne immunité en restant à la maison et en n’entrant pas en contact avec les virus avec lesquels l’étaient normalement. Malgré un lien possible avec les lockdowns, les équipes n’ont trouvé aucune indication que l’épidémie d’hépatite était directement liée à une infection due au coronavirus. Les enfants qui contractent une hépatite aiguë peuvent être plus susceptibles de contracter la maladie, mais il est très peu probable qu’elle ait été causée par le Covid-19.

Les chercheurs écossais ont également identifié des différences dans un antigène particulier qui se sont produites chez les enfants atteints d’hépatite aiguë et beaucoup moins dans le groupe témoin. Cela pourrait expliquer pourquoi certains enfants tombent très malades.

La forme inconnue de l’hépatite a fait surface au Royaume-Uni début avril. Selon les derniers chiffres disponibles de l’Organisation mondiale de la santé au 12 juillet, plus de 1 000 cas d’hépatite aiguë sévère de cause inconnue ont déjà été enregistrés dans le monde. La plupart des cas ont été enregistrés aux États-Unis (334) et au Royaume-Uni (272). Dans notre pays, il y a 14 cas.

Sur le même sujet
Plus d'actualité