Coronavirus et variole du singe: la Belgique piégée entre deux virus

La pandémie n’est pas tout à fait terminée. Une nouvelle pathologie inquiète. Les dernières évolutions sur le front des microbes.

variole du singe
© Adobe Stock

Coronavirus

Regain
30 % de cas supplémentaires dans le monde, il n’en fallait pas moins pour voir apparaître le spectre d’une nouvelle vague. Mais si l’incertitude plane, ces ­chiffres sont toutefois à relativiser: ils concernent ­surtout des réinfections de personnes à risque ou des individus non vaccinés.

Variants
La valse des variants continue. Actuellement, ce sont les sous-variants d’Omicron (BA.4 et BA.5) qui repré­sentent la majorité des infections. Des formes plus ­contagieuses mais pas plus dangereuses pour autant. Cependant, une nouvelle souche découverte en Inde (BA.2.75) inquiète les virologues.

Piqûre de rappel
Une 4e dose à la rentrée n’est pas à exclure selon le ­gouvernement qui craint un regain de l’épidémie à ce moment-là. Elle concernerait en priorité les personnes à risque et âgées. Actuellement, le Conseil supérieur de la santé ne recommande pas de 4e dose pour l’ensemble de la population.

Vacances
Les Affaires étrangères recommandent toujours aux voyageurs de vérifier avant leur départ les règles en vigueur de leur destination, variables d’un pays à l’autre, et de mettre à jour leur pass vaccinal. Les États-Unis, par exemple, interdisent l’arrivée de personnes non vaccinées sur leur sol.

Variole du singe

Une nouvelle menace?
La variole, éradiquée en 1980, et la variole du singe sont apparentées. C’est une maladie connue et localisée ­principalement en Afrique centrale et de l’Ouest. Mais elle ne s’était jamais répandue aussi rapidement en dehors du continent africain. Elle se contracte normalement par contact avec des animaux infectés, par les gouttelettes ou par contact direct avec les lésions d’une personne malade.

Symptômes
Les symptômes sont similaires à ceux de la variole ­classique, mais moins prononcés: fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, dorsales. Ensuite, on note l’apparition d’éruptions cutanées, de lésions, de pustules et de croûtes. Les médecins pointent aussi une inflammation des ganglions non symptomatique de la variole classique.

Vaccin
La Belgique va vacciner son personnel de santé et les personnes à haut risque. Elle vient d’ailleurs de commander 30.000 doses de vaccin Jynneos. Cependant, certains experts de la santé expliquent que des effets secondaires importants peuvent apparaître à la suite de l’injection.

Monde
Le virus serait présent dans une cinquantaine de pays en dehors de sa zone habituelle, avec 5.000 cas, dont 225 en Belgique. La maladie n’est pas considérée comme une infection sexuellement transmissible, mais la communauté gay est particulièrement touchée. Elle est d’ailleurs souvent considérée comme prioritaire à la vaccination.

Sur le même sujet
Plus d'actualité