?> «Bébés Coca»: un fléau qui menace la santé des enfants
Search Menu

"Bébés Coca": un fléau qui menace la santé des enfants

Les professionnels de santé s'inquiètent du taux de caries précoces et sévères, symptôme d'un mal plus profond touchant les très jeunes.

un enfant buvant du coca

© BelgaImage

Connaissez-vous les "bébés Coca"? C’est le surnom donné par un article de Médiacités suite aux constatations d’une dentiste lilloise, Angéline Leblanc. Pour sa thèse, cette dernière s’est intéressée à des cas inquiétants de caries chez de très jeunes enfants. Leurs dents de lait sont à peine sorties qu’elles sont toutes noircies, de travers ou encore trouées. Très vite, il ne reste plus que la racine. Pas le choix: il faut les extraire. Un phénomène inquiétant que la spécialiste a analysé en profondeur.

Biberonnés aux sodas

Comme elle le décrit dans sa thèse, la carie précoce concerne les enfants jusqu’à l’âge de cinq ans. Elle prend en plus une forme sévère si elle atteint un bébé de moins de trois ans, ou si le nombre de dents touchées est important entre trois et cinq ans. 80% des caries infantiles se retrouvent chez 20-30% des enfants. Une proportion qui se retrouve dans la région des Hauts-de-France.

Cette correspondance entre caries précoces et milieu de vie n’est pas que le fruit du hasard. Le moteur principal de ce fléau, c’est la consommation de boissons sucrées. Or des organismes comme l’Anses en France montre que les jeunes défavorisés sont particulièrement friands de ce type de produit. Les parents en boivent quotidiennement alors ils transmettent leurs habitudes à leurs petits. Certains enfants sont ainsi "biberonnés" aux sodas, dont le coca et l’Ice Tea. D’où le surnom qui leur a été donné.

Mais ce n’est pas le seul facteur qui entre en ligne de compte. Plus les parents viennent de milieux plus aisés, plus ils se renseignent sur la santé bucco-dentaire et plus ils emmènent leurs enfants chez le dentiste. Si le problème est remarqué chez eux, l’alerte peut être donnée beaucoup plus précocement. Dans le cas inverse, ces soucis de santé s’aggravent jusqu’à atteindre des extrêmes. Les douleurs peuvent devenir si aigues qu’elles nécessitent des hospitalisations. Ces jeunes ont un dérèglement du sommeil, de l’alimentation et du comportement, sans compter une perte de la qualité de vie familiale.

Quand le sucre devient acide

Concrètement, une alimentation aussi riche en sucre "favorise la création d’un environnement acidogène", explique la dentiste dans sa thèse. "En conséquence de la baisse du pH, et avec association de la plaque dentaire, cela entraine la déminéralisation des tissus durs de la surface de la dent. Un environnement acide prolongé (plus de 20 minutes), empêche la reminéralisation de l’émail, entrainant un effondrement de ce dernier, puis, la formation d’une cavité". Si en plus l’ingestion de tels aliments est fréquente, "le pouvoir tampon salivaire n’a pas le temps d’agir, la reminéralisation de l’émail ne peut se faire, et les caries se forment".

En Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) s’était déjà alarmée il y a plusieurs années des caries apparaissant dès les premières dents de lait sorties. En 2012, 2,9% des bébés de 30 mois avaient déjà eu ce problème. Un chiffre en augmentation selon la pédodontiste Sophie Neybuch. "Quand j’ai commencé à travailler il y a environ 15 ans, les cas graves présentaient huit caries sur les molaires et actuellement les cas graves, ils ont vingt dents dans la bouche et ils ont vingt caries", expliquait-elle en 2015 à RTL Info. En 2017, Michel Devriese, past-president de la société de médecine dentaire, précisait néanmoins à la DH que 60% des enfants de moins de 12 ans étaient indemnes de caries (contre seulement moins de 2% en 1983).

Un mode de vie plus sain

Pour régler le problème des caries précoces, le premier réflexe est donc évidemment de veiller à l’alimentation de l’enfant. L’allaitement exclusif est prôné de 0 à 6 mois (pas après pour éviter une trop grande métabolisation en acide), suivi par une introduction progressive des aliments solides jusque l’âge de deux ans. Il faut alors éviter les sodas, sirops, mais aussi les tétines de miel. Biscuits, bonbons et jus de fruits doivent être exceptionnels. Idéalement, il faut aussi quatre prises alimentaires variées et équilibrées par jour, ainsi que limiter le grignotage entre les repas (seule la consommation d’eau pure est prônée).

Des études japonaises ont également remarqué que 83% des enfants avec des caries précoces sévères avaient une méthode de brossage inadapté, mais aussi que les mères fumaient plus souvent (d’où une diminution du niveau de vitamine C et une croissance des bactéries participant à la formation de caries). En France, la Haute autorité de santé (HAS) recommande l’utilisation biquotidienne de dentifrice selon une dose de fluor adaptée à l’âge: en très faible quantité jusqu’à six mois, égal ou inférieur à 500 ppm jusqu’à deux ans, inférieur à 1.000 ppm de deux à six ans, puis tendant vers 1.450 ppm de six à douze ans.