Variole du singe: les symptômes à surveiller

Depuis le début du mois de mai, plusieurs dizaines de cas suspects ou confirmés de la «variole du singe» ont été recensés dans plusieurs pays d'Europe (Royaume-Uni, Espagne, Portugal) mais aussi en Belgique. Si la maladie guérit en général spontanément, voici les symptômes à surveiller.

Variole du singe: les symptômes à surveiller
Illustration © Belga Image

Depuis plusieurs jours, les autorités sanitaires européennes ont les yeux rivés sur le virus de la "variole du singe". Aussi appelée "orthopoxvirose simienne", la variole du singe est une maladie rare originaire d’Afrique. Elle sévit principalement, et de manière sporadique, dans " certaines régions des forêts tropicales de l’Afrique centrale et de l’Ouest" , explique l’Organisation mondiale de la Santé. Et reste très peu connue en Europe, d’où l’inquiétude actuelle des experts.

Le virus a commencé à se propager au Royaume-Uni au début du mois de mai. Depuis, des dizaines de cas suspects ou confirmés ont été enregistrés à travers différents pays européens (Espagne, Portugal), mais aussi en Amérique du Nord. Jusqu’ici, deux cas ont été recensés en Belgique. 

Les symptômes à surveiller

La variole du singe est une zoonose virale rare, une maladie transmise de l’animal à l’humain, et inversement. La transmission interhumaine est relativement limitée, mais possible. Elle se fait généralement au travers de gouttelettes respiratoires, lors d’un contact face-à-face prolongé. Selon l’OMS, la contamination peut aussi survenir via " des contacts étroits avec des lésions cutanées d’un sujet infecté ou d’objets contaminés récemment par des liquides biologiques ou des matières provenant des lésions d’un patient ".

La maladie n’est, dans la majorité des cas, pas dangereuse pour l’homme. Depuis son apparition chez l’homme en 1970 en République démocratique du Congo, le taux de létalité a été compris entre 1 et 10%. Avec une plus grande mortalité chez les jeunes enfants. Il n’existe pas véritablement de traitement et la maladie guérit, en général, spontanément. Ses symptômes sont similaires à ceux observés autrefois avec la variole. " Mais en moins grave" , précise l’OMS. La durée d’incubation, l’intervalle entre la contamination et les premiers symptômes, est de 6 à 16 jours en moyenne.

La variole du singe se manifeste, durant les premiers jours (jusqu’à 5), par de la fièvre, de forts maux de tête, des douleurs musculaires, un gonflement des ganglions lymphatiques. Chez certains patients, ce gonflement peut être particulièrement important avant l’apparition de l’éruption cutanée. Cela constituerait d’ailleurs, selon l’OMS, un un signe distinctif de la variole du singe par rapport à d’autres maladies comparables.

La période d’éruption cutanée, précise l’OMS, survient dans les 1 à 3 jours après l’apparition de la fièvre. Les éruptions cutanées, assez caractéristiques, apparaissent alors d’abord sur le visage puis sur les mains (paumes) et les pieds. D’autres régions du corps peuvent toutefois être touchées par ces importantes manifestations cutanées. C’est le cas des muqueuses buccales, des parties génitales et de la cornée. En une dizaine des jours, les lésions d’abord aplaties évoluent vers des vésicules, puis des pustules, pour se terminer en croûtes.
Les symptômes disparaissent au bout de 14 à 21 jours.  Malgré un risque donc limité de transmission entre humains, l’OMS conseille d’éviter tout contact physique rapproché avec des sujets infectés ou des matières contaminées.

Sur le même sujet
Plus d'actualité