Le masque ne sera plus recommandé en avion par l’Europe

La recommandation européenne du port du masque en avion va tomber. Dans la pratique, cela va être un peu plus nuancé.

Panneau demandant le port du masque
Panneau demandant le port du masque à bord d’un avion, à Atlanta (Géorgie, USA) @BelgaImge

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) ont annoncé mercredi la levée, dès lundi prochain, de leur recommandation du port obligatoire du masque facial dans les aéroports et à bord des avions. L’Association internationale du transport aérien (Iata) se réjouit, de son côté, de cette "étape vers un retour à la normalité". De son côté, la France a décidé de lever encore plus l’obligation du masque sur son territoire.

Les vols belges dans un entre-deux

Cette décision de l’EASA et de l’ECDC tient compte des derniers développements de la pandémie, en particulier des niveaux de vaccination et d’immunité naturellement acquise, ainsi que de la levée des restrictions sanitaires dans un nombre croissant de pays européens, selon un communiqué des deux organismes.

Toutefois, les règles relatives aux masques continueront de varier selon les compagnies aériennes au-delà du 16 mai prochain. Par exemple, les vols vers ou en provenance d’un pays où le port du masque est toujours obligatoire dans les transports publics (comme c’est le cas en Belgique) devraient continuer à "encourager" le port du masque, selon ces recommandations.

Les passagers vulnérables devraient en outre continuer à porter un masque facial quelles que soient les règles, idéalement un masque de type FFP2/N95/KN95 qui offre un niveau de protection plus élevé qu’un masque chirurgical standard. Les passagers sont également encouragés à respecter des mesures de distanciation dans les zones intérieures, y compris à l’aéroport, dans la mesure du possible. Mais les exploitants d’aéroport doivent adopter une approche pragmatique à cet égard: par exemple, ils doivent éviter d’imposer des mesures de distanciation si celles-ci risquent fort d’entraîner un goulot d’étranglement sur le trajet des passagers, surtout si ces mesures ne sont pas exigées au niveau national ou régional dans d’autres contextes similaires.

Dans les transports en commun, la Belgique réfléchit, la France agit

Début mai, le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet a appelé à lever au plus vite l’obligation du port du masque dans les transports publics, suivi par la Wallonie et la Flandre. Le comité de concertation du vendredi 20 mai prochain devrait se pencher sur cette demande. En France, le 16 mai verra la fin du port du masque obligatoire dans les transports en commun, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

L’Iata a dit accueillir favorablement les nouvelles directives européennes. "Les voyageurs peuvent se réjouir de pouvoir choisir librement de porter ou non un masque. Et ils peuvent voyager en toute confiance, sachant que de nombreuses caractéristiques de la cabine de l’avion, comme le renouvellement de l’air à haute fréquence et les filtres à haute efficacité, en font l’un des environnements intérieurs les plus sûrs", a commenté Willie Walsh, directeur général de l’Association internationale du transport aérien.

Certains pays ou destinations maintiennent encore des exigences en matière de masque, ce qui représente un défi pour les compagnies aériennes et les passagers voyageant entre des destinations appliquant des mesures différentes. "Nous pensons que l’obligation de porter un masque à bord des avions devrait cesser lorsque les masques ne sont plus obligatoires dans d’autres secteurs de la vie quotidienne, par exemple dans les théâtres, les bureaux ou les transports publics", estime l’Iata, qui relève encore qu’il n’existe actuellement pas d’approche "cohérente" au niveau mondial en matière de port de masque à bord des avions. L’organisation demande, enfin, à tous les voyageurs de respecter la décision d’autres personnes de porter volontairement un masque, même si ce n’est pas obligatoire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité