La gale revient en Belgique: un demi-mystère pour les scientifiques

De nombreux cas de gale ont été constatés en Belgique, notamment dans la région d'Anvers. Une évolution qui intrigue les scientifiques.

Un acarien responsable de la gale
Un acarien responsable de la gale @BelgaImage

Depuis la fin de l’année dernière, des rapports ont constaté la progression marquée de la gale en Belgique, une maladie qui existait à peine dans le passé. À la question de savoir pourquoi c’est le cas, les scientifiques restent sans réponse pour le moment.

Une maladie difficile à étudier

"Nous n’avons pas de réponse concluante", déclare le docteur Steven Van Den Broucke de l’Institut de médecine tropicale. "Les explications possibles sont spéculatives. Cela pourrait être lié à la migration ou à l’hygiène. Mais cela pourrait aussi provenir d’étudiants qui sont en contact étroit les uns avec les autres, ou parce que la pommade fonctionne moins bien qu’avant et est donc devenue résistante". "De plus, il n’y a pas de test antibiotique de routine disponible pour voir où se situe le problème. Cet acarien est un animal notoirement difficile à étudier", a déclaré Van Den Broucke. "Enfin, c’est difficile car il faut en fait soigner tous ceux qui sont entrés en contact avec l’animal contagieux et pas seulement celui qui en a été le plus gêné".

Dans les hôpitaux, auprès des médecins généralistes et des dermatologues, il y a partout une augmentation du nombre de cas dans notre pays. Les patients ne peuvent se rendre à l’institut que s’ils ont terminé leur traitement par d’autres voies. "Nous avons une dizaine de patients par jour", précise Van Den Broucke. "Le stock de médicaments – les pilules – s’épuise rapidement. Il y a aussi des problèmes de stock de pommade chez les pharmaciens d’Anvers, en partie dus à des problèmes d’approvisionnement internationaux".

Sur le même sujet
Plus d'actualité