Allergie aux graminées: tout ce qu’il faut savoir

La saison des graminées a démarré. Voici quelques conseils aux allergiques afin d'éviter les symptômes.

Allergie aux graminées: tout ce qu’il faut savoir
Des lunettes de soleil sont utiles durant la saison des pollens. (@Belga Image)

Nez qui coule, yeux qui piquent et gorge qui gratte. Inutile de prévenir les allergiques, ils se sont déjà rendus compte que la saison des pollens de graminées a déjà commencé. Environ 1 Belge sur 6 y est sensible.

Selon les analyses du réseau national de surveillance aérobiologique AirAllergy, le taux de pollen dans l’air augmente progressivement depuis début mai. Il est donc normal que de premiers symptômes se fassent ressentir chez les allergiques. Voici quelques conseils pour anticiper cette période.

Combien de temps dure la saison des graminées?

Pas de chance pour les personnes sensibilisées: parmi les pollens, celui des graminées a la saison la plus longue, de mai à juillet environ.

Les graminées sont une famille de plus d’une centaine de plantes, qui fleurissent toutes à des moments différents et successifs, ce qui explique que certains allergiques versent déjà quelques larmes dès à présent, et subiront encore quelques autres symptômes en plein été.

Quel devrait-être le pire moment de la saison ?

Le pic de cette période du pollen de graminées est généralement le mois de juin. Il faut dépasser la barre des 50 grains de pollen par m³ d’air pour que la majorité des personnes sensibles ressentent des désagréments. Et c’est souvent durant le mois de juin que cette limite est dépassée.

Par exemple, l’année dernière, on peut voir sur les graphiques de Sciensano que ce seuil a été dépassé début juin avant d’être pulvérisé sur tout la première moitié du mois (plus de 260 grains/m³ certains jours). Ce taux a progressivement diminué jusqu’à début juillet où une nouvelle période ,plus courte, de quelques jours avec une proportion intense de pollen a été recensée avant de baisser à nouveau vers un quota plus vivable pour les allergiques.

Mais si on regarde la moyenne de ces 10 dernières années, les pires moments ont souvent eu lieu entre la fin mai et les deux premiers tiers de juin.

Y’a-t-il des zones à éviter pour les allergiques aux graminées?

Pas vraiment. Puisqu’il existe plus d’une centaine d’espèces de graminées, on trouve ces plantes un peu partout dans notre pays: dans les jardins, en ville, à la campagne… "Le pollen est présent dans l’air à des concentrations tellement élevées, provenant de graminées qui poussent parfois à des dizaines de kilomètres, qu’il est tout simplement impossible d’éviter l’exposition", explique Sciensano.

A l’inverse, les taux de concentration de pollens dans l’air sont toujours un peu plus bas à la côte. Si vous êtes très allergique, cela peut être une bonne idée d’aller passer quelques jours à Ostende ou Middelkerke en juin.

Que faire pour éviter les symptômes de l’allergie aux graminées?

Evidemment, si vous souffrez d’allergie, la meilleure chose à faire est de prendre rendez-vous avec votre médecin afin qu’il vous prescrive un traitement, qu’il faut suivre à la lettre.

Mais il existe quelques bonnes pratiques pour éviter d’empirer votre situation. L’important est d’éviter les contacts inutiles avec l’extérieur et de se débarrasser du pollen qui pourrait être présent sur vous ou vos vêtements. Pensez à utiliser des mouchoirs en papier à jeter immédiatement par exemple.

Il est évidemment judicieux de faire attention à votre visage. Porter des lunettes de soleil à l’extérieur est un bon point. Pensez aussi à utiliser de l’eau physiologique dans votre nez et à vous lavez plus fréquemment que d’habitude, surtout les cheveux.

En ce qui concerne le linge, évitez de faire sécher vos vêtements à l’extérieur et pensez à changer vos draps de lit régulièrement.

De plus, tout ce qui peut provoquer d’autres allergies ou irriter les yeux ou le nez est à éviter. Comme les bougies, les parfums d’intérieurs ou les produits d’entretien, entre autres.

Si vous voulez vous prémunir face aux pollens, vous pouvez porter un masque jetable, comme pour le Covid. Ce n’est pas une solution parfaite, mais elle contribuera à réduire l’exposition à ces particules.

Sur le même sujet
Plus d'actualité