Ce que l’on sait sur l’hépatite mystérieuse qui touche les enfants

Une hépatite d’origine inconnue qui touche les enfants a été détectée au Royaume-Uni il y a quelques jours. 169 cas ont été recensés pour l’instant.

Une mystérieuse hépatite touche les enfants
Illustration. (@Belga Image)

Depuis quelques jours, une maladie étrange inquiète en Europe et aux Etats-Unis. En effet, plusieurs dizaines d’enfants en bas âge contractent une hépatite aigue d’origine inconnue. Un premier cas a été signalé en Belgique, mais l’enfant était déjà guéri.

Au 21 avril, l’Organisation Mondiale de la Santé avait répertorié au moins 169 dans 11 pays européens et aux Etats-Unis. 114 d’entre eux ont été signalé au Royaume-Uni, pays qui a détecté cette maladie en premier.

Quels sont les symptômes ?

Parmi les premiers signes de cette maladie, on note donc une hépatite aiguë, une inflammation du foie donc, avec une hausse notable des enzymes hépatiques. Dans beaucoup de cas, des symptômes gastro-intestinaux, comme des douleurs abdominales, des diarrhées et vomissements, ont été signalé avant l’hépatite. On a également noté beaucoup de cas de jaunisses.

La majorité des cas n’avaient pas de fièvre, et aucun des virus courant qui causent de telles hépatites n’ont été détectés dans aucun de ces cas.

17 enfants, soit environ 10% des cas, ont du subir une transplantation du foie, et au moins un décès a été signalé.

Qui peut être touché par cette hépatite ?

Actuellement, tous les cas étaient des enfants et adolescents entre 1 mois et 16 ans. Il ne semblerait pas que la maladie soit liée à des voyages ou des contacts avec des pays étrangers.

Qu’est-ce qui cause cette maladie ?

Pour l’instant, c’est la grande interrogation. La piste privilégiée est celle d’un adénovirus. Habituellement, il provoque d’autres types de maladies, comme des pharyngites ou des pneumonies, mais pas d’hépatite. Rien n’a encore été prouvé à ce sujet, mais ce virus a été détecté chez 74 des patients. A noter également que 20 cas avaient le Covid-19, dont 19 étaient infectés par l’adénovirus et le SARS-CoV2.

Les analyses et études continuent pour déterminer les causes exactes.

Comment soigner la maladie ?

D’après le professeur Etienne Sokal, hépatologue et pédiatre aux Clinique St-Luc, interrogé par la Libre, si de tels symptômes sont détectés, il est inutile de prendre plein de médicaments à l’aveuglette. " En cas de suspicion d’hépatite, une des règles est en effet : pas de médicament. Ni paracétamol, ni anti-inflammatoires. Face aux cas présents qui s’apparentent à une hépatite A, la toute grande majorité des patients vont récupérer endéans une à deux semaines de manière spontanée. Dans les cas présents, comme on n’a toujours pas identifié avec certitude un agent pathogène particulier, il n’y a pas de médicament spécifique à donner ", explique-t-il.

Faut-il s’inquiéter de cette nouvelle hépatite ?

Certes, cette maladie est étrange, mystérieuse et comporte beaucoup d’inconnues, mais le professeur Sokal relativise : "Si la jaunisse persiste et ne diminue pas après une semaine, le médecin refera une prise de sang. En cas de signe d’hépatite sévère, il s’agira évidemment de se rendre dans un centre spécialisé pour être pris en charge. Il faut cependant savoir que des cas d’hépatite, même sans cause connue, notamment chez des enfants ont toujours existé. […] Pour l’instant, il n’y a pas de raison d’être inquiet même s’il faut rester vigilant. Mais personne ne peut dire comment la situation va évoluer".

Sur le même sujet
Plus d'actualité