Peut-on être infecté plusieurs fois par Omicron?

Alors que le sous-variant BA.2 d'Omicron progresse dans plusieurs pays, en ce compris la Belgique, des chercheurs danois ont tenté de déterminer s'il était possible d'attraper deux fois le variant Omicron.

Peut-on être infecté plusieurs fois par Omicron?
© Belga Image

Après une impressionnante vague Omicron en Europe, les indicateurs de l’épidémie régressent progressivement dans de nombreux pays depuis maintenant plusieurs semaines. Au point que les mesures sanitaires en vigueur sont de moins en moins nombreuses.

En Belgique, le variant Omicron "originel", le BA.1, est devenu largement majoritaire chez nous. Un de ses sous-variants progresse depuis quelque temps, le BA.2. Selon les derniers chiffres de Sciensano (au 24 février), le variant BA.1 représente désormais 69,4%  des contaminations dans notre royaume, contre 30,4% pour le variant BA.2. Et avec lui son lot de questions sur les risques de ce sous-variant pour l’évolution de l’épidémie. 

Au Danemark, le BA.2 s’est répandu dans le courant du mois de janvier. Au point de représenter, comme l’expliquent les chercheurs du Statens Sérum Institut, la majorité des contaminations actuelles dans le pays. S’il est rapidement apparu qu’il ne provoquait pas de formes plus graves que son "prédécesseur", la question de son échappement éventuel à l’immunité restait plus floue.

Les chercheurs de l’institut danois ont donc étudié la possibilité d’être infecté à deux reprises avec deux sous-variants d’Omicron. Selon l’étude, cette réinfection est "possible, mais rare"Précisons cependant que l’étude n’a pas encore été vérifiée par les pairs, selon l’Agence de presse Reuters. 

Une différence de sévérité 

Entre novembre 2021 et la mi-février, près de 2 millions de Danois ont été testés positifs au Covid-19 via un test PCR. Au sein d’un échantillon de ces cas positifs, les chercheurs du SSI ont trouvé 67 cas de personnes qui ont contracté deux fois le variant Omicron. Les deux tests positifs étaient compris dans un intervalle de 20 à 60 jours. L’étude précise que dans 47 cas, les individus avaient d’abord été infectés par le BA.1 puis le BA.2. Il s’agissait principalement de personnes jeunes et non-vaccinées. La réinfection a causé uniquement des symptômes légers à modérés, sans aucune hospitalisation ni décès. Les chercheurs notent d’ailleurs "que la différence de sévérité entre la première et la deuxième infection est notable".

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité