Covid: les hôpitaux se préparent au pire des cas

Malgré la plus faible virulence d'Omicron, les hôpitaux craignent d'être submergés au vu des prévisions épidémiologiques de Sciensano.

Soins intensifs Covid à Liège
Patient Covid en soins intensifs au Centre Hospitalier Régional de la Citadelle à Liège, le 21 décembre 2021 @BelgaImage

Le secteur de la santé, en concertation avec le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke, prépare un plan d’urgence avec différentes phases. De cette façon, il espère être quelque peu préparé à la vague Omicron dans les hôpitaux. Margot Cloet, directrice générale de Zorgnet Icuro (l’organisation faîtière flamande des hôpitaux), appelle à ne pas perdre de temps. «Le pic des admissions à l’hôpital est attendu d’ici deux semaines, nous devrions donc commencer à réduire considérablement [nos autres activités, ndlr] la semaine prochaine». De cette façon, certaines préoccupations pourraient être à nouveau reportées. En attendant, le gouvernement travaille également sur des plans de continuité avec les partenaires sociaux.

Un nombre limité de lits

Le virologue Steven Van Gucht a annoncé jeudi à l’issue du Comité de concertation que l’institut de santé Sciensano s’attend à un pic du nombre d’hospitalisations d’ici fin janvier de 400 à 1.300 par jour. Dans le pire des scénarios, les hôpitaux rencontreraient bientôt des problèmes, car il n’y a actuellement qu’environ 7 000 lits disponibles, explique Cloet.

Dans ce scénario, tout comme lors de la première vague, les hôpitaux seraient en grande partie fermés et il serait même nécessaire de trier ce qui serait encore traité. C’est pourquoi Cloet réitère son appel à un cadre d’orientation politique qui doit aussi être communiqué très clairement à la population. «De cette façon, il y a une manière univoque de prendre les décisions, même si finalement c’est le médecin qui reste responsable», déclare-t-elle. De toute façon, il n’y a plus beaucoup de marge pour le personnel, car les hôpitaux sont déjà confrontés à un décrochage important du personnel.

Plan d’action en cours d’élaboration

Selon la directrice de Zorgnet-Icuro, il n’y a donc pas de temps à perdre. Le plan d’urgence devrait donc déjà être élaboré avant le prochain comité de concertation, même si Cloet espère que le pire des cas ne deviendra finalement pas une réalité.

Le Premier ministre Alexander De Croo examine désormais la «continuité des activités» avec les ministres du Travail, de la Santé, des Travailleurs indépendants et de l’Intérieur. Les employeurs et le Centre national de crise sont également assis autour de la table. Ces discussions se poursuivront dans les prochains jours. Ensemble, ils souhaitent assurer un bon suivi des absences et mettre à jour les plans de continuité sur lesquels travaillent déjà les entreprises. L’intention est que le Groupe des Dix, en collaboration avec le gouvernement, se penche bientôt sur le problème.

Sur le même sujet
Plus d'actualité