Fêter le Nouvel An entre personnes positives au Covid, une bonne idée?

Les épidémiologistes ont des avis mitigés sur ce genre de réunions qui peuvent, dans certains cas, engendrer des risques supplémentaires.

Fêtes de fin d'année
Personnes réunies pour les fêtes de fin d’année @BelgaImage

Qui dit 31 décembre dit fête entre amis pour célébrer le Nouvel An. Et voilà qu’en faisant un test juste avant la soirée, vous découvrez que vous êtes positif au Covid-19. Vous pourriez être alors tenté de vous regrouper avec les autres cas positifs que vous connaissez. A priori, vous avez tous attrapé le coronavirus, alors qu’est-ce qui peut arriver de pire? Oui sauf qu’en réalité, c’est plus compliqué que cela affirment les épidémiologistes. La logique n’est pas tout à fait fausse mais pas totalement juste non plus, et les conséquences ne seraient pas vraiment négligeables.

Quand la coinfection et la surinfection s’invitent à la fête

Interrogée par France Info, la médecin hygiéniste de santé publique au CHU de Nantes Karine Blanckaert se montre d’abord assez rassurante. "Si on l’est porteur du Covid-19 et qu’on est en bonne forme pour passer le réveillon, pourquoi pas?", estime-t-elle. Sauf que juste après, elle met en garde: se voir entre personnes positives au coronavirus, c’est prendre le risque d’avoir une charge virale très concentrée dans une pièce et de se réinfecter, ce qui débouche sur certains cas sur des formes plus graves de la maladie. Si on ajoute à cela une mauvaise ventilation et l’alcool du Nouvel An, on se retrouve avec un cocktail potentiellement dangereux. Une méta-analyse de l’université du Wisconsin basée sur une centaine d’études démontrait d’ailleurs en mai dernier que 19% des patients Covid avaient été co-infectés de cette façon.

L’infectiologue Alexandre Bleibtreu, de la Pitié-Salpêtrière, précise d’ailleurs à Libération qu’il peut y avoir une surinfection avec "une personne infectée avec le variant Delta, en présence d’une personne infectée avec Omicron". Il s’agit d’une possibilité qui doit encore faire l’objet de recherches mais cette piste fait l’objet d’une surveillance accrue de la part des virologues. C’est en tout cas ce que tend aussi à montrer la méta-analyse du Wisconsin. Selon celle-ci, 24% des patients concernés par Covid-19 étaient en réalité surinfectés à cause de deux souches différentes du coronavirus. Puisque les variants Delta et Omicron circulent activement et parallèlement en Belgique ces derniers jours, le risque de tomber sur ce scénario est d’autant plus grand maintenant.

Un sujet qui fait débat

Pour autant, le risque de surinfection est difficile à quantifier exactement. Puis tout le monde n’est pas sur le même pied d’égalité, comme l’explique à France Info Olivier Bouchaud, infectiologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny. Selon lui, si des jeunes positifs au Covid-19 se voient au Nouvel An, "ce n’est pas trop dramatique", vu qu’il ne s’agit probablement pas de personnes susceptibles de développer une forme grave de la maladie. Mais il l’avoue: faire ce genre de réunion, "ce n’est quand même pas la meilleure idée".

Le problème, c’est aussi ce qui se passe avant et après la fête. "Un isolement sanitaire vise à réduire ses contacts sociaux. Se rendre chez des amis positifs pour dîner revient à prendre les transports en commun, des taxis, etc., et par conséquent multiplier des occasions de faire courir des risques à des personnes tierces", juge la Direction générale de la santé française (DGS) auprès de Libération. "En conclusion, un isolement à la maison, c’est soit seul, soit avec son foyer. Sinon ce n’est plus un isolement", tranche-t-elle. Autrement dit, sortir de sa quarantaine, c’est surtout faire courir le risque aux personnes négatives d’être infectées.

Faut-il pour autant tirer une croix sur toutes ces fêtes Covid, même si elles ne concernent que des personnes jeunes a priori sans risque? Le sujet fait l’objet d’intenses discussions au sein du milieu médical. Un débat dans lequel la Haute Autorité de santé française refuse de prendre parti. Pour sa part, sa réponse tient en quelques mots: "Pas de recommandation sur ce sujet".

Sur le même sujet
Plus d'actualité