3e dose : ce qu’il faut savoir

C'est la ruée vers le « booster » avant les fêtes de Noël. Mais comme disait la tortue, rien ne sert de courir, il faut partir à temps. On vous explique tout sur la 3e dose.

Vaccin Moderna
Belga

Besoin d’un petit " booster " pour passer l’hiver ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur la troisième dose qui doit nous sauver du Covid avant la prochaine mutation du virus.

Prendre rendez-vous, mais où ?

Depuis fin novembre, le peuple de Belgique est invité à recevoir une troisième dose de vaccin contre le Covid. Il y a deux manières de faire : la première, c’est de s’inscrire sur QVAX (Wallonie et Flandre) ou BRUVAX ; la deuxième, c’est d’attendre de recevoir une invitation officielle à se faire vacciner (par mail et/ou envoi postal).

Les demandes de " booster " avant Noël sont telles qu’il est peut-être plus sage de choisir la deuxième voie. Dores et déjà, il y a la file pour cette troisième dose. Les conditions sont les suivantes : avoir 18 ans et plus, être complètement vacciné et ne pas encore avoir reçu d’invitation officielle.

Quels délais entre la 2e et la 3e dose ?

C’est la question importante ! Cela ne sert à rien de s’inscrire si les délais entre la 2e et la 3e dose ne sont pas les bons. En clair, il faut relancer la machine immunitaire au bon moment, pas quand on est suffisamment fort, pas quand on est trop à plat.

De façon encore plus claire, les délais sont de : 2 mois pour le Johnson & Johnson, 4 mois pour AstraZeneca et 6 mois pour Pfizer et Moderna. Si vous n’êtes pas dans ce timing, le " booster " risque bien de faire " plouf ".

Pfizer et Moderna, c’est kif-kif ?

A peu de choses près, oui. Il s’agit tous deux de vaccins ARN messager. Des vaccins jumeaux, en somme. C’est comme Dafalgan et Efferalgan. Seul l’emballage change. A peu de choses près… Cela signifie que si vous avez été vacciné au Pfizer, vous pouvez sans souci recevoir un " booster " de Moderna. Et vice et versa, comme chantaient les Inconnus.

La seule différence notable entre ces deux vaccins interchangeables, outre le nom et l’emballage, c’est le dosage. Une dose de Pfizer équivaut à 30 microgrammes tandis qu’une dose de Moderna équivaut à 100 microgrammes. C’est ce qui explique que Moderna est plus résistant dans le temps. Mais c’est aussi ce qui explique que les effets indésirables se fassent un peu plus sentir…

Une troisième dose, et après ?

C’est toute la question. Selon une étude britannique publiée dans The Lancet, une troisième dose de Moderna multiplie les anti-corps par quatre après quinze jours. Vous êtes rechargés contre le virus. Enfin, contre le variant Delta…

Les premières données autour d’Omicron laissent entendre que le nouveau variant contourne la couverture immunitaire des vaccins. En tout cas, deux doses sont insuffisantes contre Omicron. Avec une troisième, on est déjà plus tranquilles, mais pas " reboosté " à 100%. En somme, les chercheurs vont devoir s’atteler à modifier leurs vaccins afin que ceux-ci repoussent plus efficacement Omicron. Bref, une troisième dose pour passer l’hiver et on devrait se revoir au printemps pour un " booster + "…

Sur le même sujet
Plus d'actualité