Télétravail, masque et CST+: ce qui est au menu du Codeco

Un nouveau Comité de concertation aura lieu ce mercredi. L’heure est au serrage de vis tout en évitant, dans le mesure du possible, d’étouffer socialement et économiquement le pays.

Vandenbroucke et De Croo après un comité de concertation
Frank Vandenbroucke et Alexander De Croo. © Belga Image

Avec la flambée des cas et des hospitalisations, la situation sanitaire du pays ne semble plus sous contrôle. Une série de mesures devraient être prises lors du Comité de concertation de ce mercredi afin de donner un peu d’air aux soins de santé. Preuve que la situation actuelle inquiète: le Codeco, initialement prévu le vendredi 19, a été avancé à ce mercredi. Dès 14h30, les représentants du gouvernement fédéral et des entités fédérées se retrouveront pour discuter et tenter d’endiguer la propagation du coronavirus.

« Partout, il faudra prendre des mesures sévères afin que tout le monde puisse continuer à travailler et que les cours puissent être donnés dans les écoles », a lancé aujourd’hui à la Chambre le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke.

Vaccination obligatoire, où en est-on?

Le débat crispe et devient central dans les discussions politiques. Comment faire avancer la vaccination? Le gouvernement s’est réuni en comité restreint et s’est accordé sur les modalités de l’obligation vaccinale pour le personnel soignant. Il aura entre le 1er janvier et le 31 mars pour recevoir une injection. Dès le 1er avril, l’obligation s’appliquera pleinement. Ceux qui dérogeront à cette nouvelle règle seront licenciés de plein droit et bénéficieront du chômage classique avec maintien de l’ancienneté et des droits.

Autre potentielle nouveauté: le Covid Safe Ticket. Vaccination ne devrait plus rimer avec absence des gestes barrières. Jusqu’à présent montrer un CST en ordre était synonyme de liberté totale. Le gouvernement se penche désormais sur une nouvelle formule: le Covid Safe Ticket Plus. Il rendrait obligatoire un test négatif avant un grand événement ou le port du masque dans certains lieux fermés, que l’on soit vacciné ou non.

Reste à voir si cette solution permettra d’écarter le scénario recommandé par les experts du GEMS, à savoir la fermeture du monde de la nuit et l’arrêt des sports de contact et des loisirs estudiantins. A priori, les concerts et fêtes de mariages resteront maintenus, de même pour les sports d’intérieur. L’horeca, qui panse à peine ses blessures, devrait être épargné par les discussions.

Port du masque dès 9 ans

Il est sur toutes les lèvres: le port du masque pour les élèves à partir de 9 ans (actuellement d’application à partir de 12 ans). Une suggestion susurrée à l’oreille du gouvernement par les experts du GEMS, encore eux. Mais la mesure ne fait pas l’unanimité. Le PS et la N-VA s’y opposent catégoriquement. « Il y a déjà pas mal d’obligations dans l’enseignement et le consensus scientifique sur ce point fait défaut. Et s’il n’y a pas de démonstration scientifique, il faut privilégier l’apprentissage des enfants », a appuyé le porte-parole du parti socialiste.

Retour en force du télétravail

Le gouvernement fédéral proposera d’imposer le télétravail durant trois ou quatre jours par semaine. C’est ce qu’a indiqué une source gouvernementale à l’issue du comité ministériel restreint. Jusqu’à présent recommandé, le travail à domicile redeviendra obligatoire pour limiter les contacts et réduire le risque de contamination. Une obligation qui pourrait courir jusqu’à Noël. Mais la mesure est déjà rejetée par l’Union wallonne des entreprises qui estime que « rendre le télétravail obligatoire est une mesure inutile et aux effets indirects contre-productifs ».

Des mesures plus strictes en perspective tout en maintenant une certaine souplesse dans les activités autorisées. Peut-être le cocktail idéal pour contrôler le virus sans désespérer la population.

Sur le même sujet
Plus d'actualité