Frank Vandenbroucke: " après le dernier Codeco, on a été un peu déçu "

À une semaine du Comité de concentration, le ministre de la santé revient sur la situation épidémique en Belgique.

frank vandebrouck
@ BelgaImage

Au moment où l’épidemie reprend en Europe, un nouveau confinement de deux semaines est envisagé aux Pays-Bas. Le ministre fédéral de la Santé s’est exprimé sur la nécessité chez nous de faire, ou pas, un ou plusieurs pas en arrière pour contrer cette quatrième vague de Covid. Le ministre fédéral de la Santé a confié que le virus circulait actuellement beaucoup trop chez nous et que la situation dans les hôpitaux était extrêmement précaire. On s’approche d’une moyenne de 10.000 contaminations journalières et du seuil des 500 lits occupés en soins intensifs (472 l’étaient hier).

Frank Vandenbroucke a cependant rappelé que, dans un premier temps, le plus important était d’appliquer les mesures actuellement en vigueur de façon stricte comme la recommandation de télétravail et le contrôle du Covid Safe Ticket. D’après lui, ces mesures ne sont pas assez respectées à l’heure actuelle. « Après le dernier Codeco, on avait quand même formulé des recommandations très fortes. On était dans l’attente de voir leur application stricte. On a été un peu déçu. »

Ensuite, Frank Vandenbroucke, sans vouloir toutefois devancer les discussions qui doivent se mener au gouvernement et au Codeco, a confirmé que des mesures supplémentaires devaient être prises pour contenir la hausse des chiffres en Belgique.

« On a déconfiné quand on est repassé en dessous de ce seuil des 500 lits de façon durable. Aujourd’hui on s’en rapproche à nouveau mais dans le mauvais sens », a-t-il rappelé pour expliquer que c’est désormais la dynamique inverse qui prend le pas. « Actuellement on n’envisage pas la fermeture de toute une série de secteurs. Mais il faudra des mesures qui sont à même de freiner rapidement la circulation du virus. Même si les vaccins protègent de façon très efficace contre la maladie grave, ils protègent moins contre la contamination. »

Renforcer les mesures de prévention à l’école

Lors du prochain Comité de concertation, les discussions seront centrées sur le cas des écoles où les contaminations sont nombreuses. Mais renforcer les règles en vigueur à l’école n’est pas du goût des ministres des entités fédérées Ben Weyts et Bénédicte Linard qui souhaitent des assouplissements sur la stratégie de testing et de quarantaine. Le ministre fédéral de la Santé se dit prêt à en rediscuter avec eux (une réunion est prévue le 24 novembre prochain), mais annonce déjà qu’il faudra renforcer les mesures de prévention. C’est plus facile à dire qu’à faire, concède-t-il. « C’est dur de dire à un adolescent ou à un enfant de porter le masque mais le choix se fait entre des mesures de prévention renforcées – ventilation des classes, port du masque,..- ou un chaos hors contrôle! »

Le ministre fédéral de la Santé se dit également favorable à la vaccination des enfants âgés de 6 à 11 ans. « On attend le feu vert de l’Agence Européenne des Médicaments pour l’utilisation d’une version pédiatrique du vaccin Pfizer. Personnellement, quand j’observe la circulation du virus dans nos écoles primaires, qui est énorme, je pense qu’il faut commencer à vacciner les enfants en janvier ou février, si ce feu vert est donné. »

Finalement, il n’exclut pas l’instauration d’une priorité des enseignants pour la dose de rappel, mais indique qu’un avis est attendu de la part du Conseil Supérieur de la Santé sur la façon d’organiser la troisième dose pour tous.

Sur le même sujet
Plus d'actualité