Une troisième dose recommandée pour de nouveaux publics… et une quatrième dose déjà évoquée

Des experts planchent déjà sur une 4e dose de vaccin anti-covid à administrer à 300.000 Belges.

Une troisième dose recommandée pour de nouveaux publics… et une quatrième dose déjà évoquée
Les vaccinés avec AstraZeneca et Johnson&Johnson pourraient être concernés par une dose de rappel/©BELGAIMAGE

Une troisième dose pour tout le monde… on n’y est pas (encore ?), même si des ministres comme Jan Jambon (N-VA) ou Christie Morreale (PS) poussent dans cette direction. La semaine dernière, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) concluait qu’il n’y avait, pour le moment, aucune preuve scientifique justifiant l’élargissement d’une dose « booster » du vaccin à l’ensemble de la population. Pour rappel, seuls les immunodéprimés, les personnes de plus de 65 ans et très bientôt, le personnel soignant, sont éligibles à une dose de rappel.

Le même CSS devait toutefois se prononcer ce mardi sur l’opportunité d’une troisième dose pour de nouveaux publics, à savoir tous ceux qui ont reçu un vaccin à adénovirus. Près de 1,7 million de Belges étaient potentiellement concernés (1,4 million avec AstraZeneca et près de 400.000 avec l’unidose de Johnson&Johnson). Selon la RTBF, le Conseil supérieur de la santé (CSS) a décidé ce mardi de recommander une dose supplémentaire pour les personnes qui se sont fait vacciner avec le Johnson&Johnson. Dans leur cas, il s’agira donc d’une deuxième dose, et non d’une troisième.

Le CSS ne se serait pas encore prononcé pour l’AstraZeneca. À noter que les personnes vaccinées avec AstraZeneca appartiennent majoritairement aux catégories déjà éligibles à une troisième dose, du fait de leur âge, notamment.

Plus que 13% d’efficacité pour le J&J après 6 mois

Une étude américaine publiée la semaine dernière dans la revue Science a sans doute fortement d’influencé l’avis du CSS. Une équipe de scientifiques a en effet comparé l’efficacité des trois vaccins autorisés aux Etats-Unis (Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson). Conclusions ? Si le vaccin de Moderna s’en sort bien, puisque qu’il garde encore une efficacité de 70% six mois après l’inoculation, ce n’est pas le cas du J&J… qui tombe à un très petit 13,1%. Sur base de la même étude, le Pfizer descend lui à quelque 43% d’efficacité. Récemment, une étude britannique montrait la baisse d’efficacité du vaccin d’AstraZeneca, passant de 60 à 70% à seulement 50% d’efficacité, vingt semaines après la deuxième injection.

Et alors que la campagne pour une troisième dose est loin d’être terminée, voilà déjà que certains experts évoquent la possibilité d’une quatrième injection. « En Flandre, plus de 80% des personnes à immunité réduite ont reçu une troisième dose, expliquait à Het Laatste Nieuws Dirk Ramaekers, de la Task Force Vaccination. Nous cherchons maintenant à savoir si nous offrirons à ce groupe ou à une partie de celui-ci une quatrième injection, car ces personnes ont moins d’anticorps. Ces quatrièmes injections seront alors administrées dans les six mois », anticipait l’expert.

300 à 400.000 Belges seraient concernés. Si rien n’est encore fixé à ce stade, une seule chose de sûre : entre les derniers retardataires pour les premières doses et les candidats à une dose de « booster », il risque d’y avoir pas mal de monde dans les centres de vaccination cet hiver…

Sur le même sujet
Plus d'actualité