Le molnupiravir, qu’est-ce que c’est?

S’il confirme ses bonnes performances dans le traitement du Covid, ce médicament pourrait faire basculer l’évolution de l’épidémie.

médicament contre le covid-19 molnupiravir
@ BelgaImage

Les qualités

Pratique et facile
Porté par des tests jusqu’ici encourageants, le molnupiravir est un antiviral expérimental dont la commercialisation constituerait une étape décisive dans la lutte contre l’épidémie de Covid. Facile d’utilisation, le médicament est conditionné en gélules administrées par voie orale au patient au lendemain d’un test positif. Il ne nécessite aucun dispositif sanitaire particulier si ce n’est un verre d’eau.

Les bons résultats
Des études préliminaires et un essai clinique mené sur 775 malades ont conclu que le molnupiravir freinerait la reproduction du virus. Sa prise durant le traitement diminuerait de 50 % le nombre d’hospitalisations ou de décès chez les patients atteints du Covid.

Accélération du processus
La semaine dernière, l’Agence européenne des médicaments a délivré un avis favorable quant à l’examen accéléré de ce médicament produit par le laboratoire américain Merck et mis au point en collaboration avec Ridgeback Biotherapeutics, société de biotechnologie basée à Miami. Son autorisation est toujours en cours aux États-Unis.

L’accès mondial
Merck a communiqué sur un accord permettant la diffusion mondiale de son antiviral. L’accord prévoit l’accès d’un générique du médicament dans 105 pays à revenu faible, ces mêmes territoires qui, au lancement du vaccin, sont longtemps restés dans la file d’attente. Par ailleurs, la Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé investir 120 millions de dollars pour faciliter l’arrivée de ce traitement dans les pays pauvres.

Les défauts

Pas pour tout le monde
D’après le professeur Mathieu Molimard, qui s’exprimait sur France Info, ce médicament sur lequel la communauté scientifique fonde beaucoup d’espoirs (mais qui n’a pas encore fait ses preuves), ne devrait être proposé qu’aux personnes ne répondant pas aux vaccins et risquant de développer une forme sévère de la maladie.

Trop cher
La France a déjà commandé 50.000 doses de ce nouveau produit sans que le ministre de la Santé, Olivier Véran ne précise le montant de la facture. Mais si on fait le calcul sur la base des commandes de l’administration américaine – 1,7 million de doses pour un montant de 1,2 milliard de dollars -, la dose coûterait un peu moins de 700 dollars. Un prix élevé.

En plus du vaccin
S’il s’avérait efficace et s’il était mis sur le marché, le molnupiravir ne se substituerait pas au vaccin. Sur Twitter, Peter Hotez de l’université de médecine de Houston au Texas, précise: “Ce n’est pas un médicament miracle, mais un outil d’accompagnement”, rappelant au passage l’importance de se faire vacciner.

Le concurrent
Contrairement au molnupiravir, qui doit encore passer toutes les phases d’autorisation, le fluvoxamine est déjà commercialisé et répondrait lui aussi positivement au traitement contre le Covid.  Cet antidépresseur a fait l’objet d’une étude brésilienne sur 700 personnes et, selon le Lancet Global Health, “diminue le risque de devoir recourir à des soins avancés sur une population aux risques élevés”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité