Covid-19 : le masque, rempart contre une quatrième vague ?

L’arrivée d’une quatrième vague est sur toutes les lèvres. Certaines mesures en partie mises au placard pourraient bien refaire surface. Un Conseil des ministres restreint se penche aujourd’hui sur le port du masque, le télétravail et le Covid Safe Ticket.

Masque contre le Covid-19
© Unsplash

Le mois d’octobre fut le retour à une forme d’insouciance. Le Covid Safe Ticket a permis d’à nouveau enflammer le dancefloor, de s’entasser dans de grands événements, de boire et manger à l’intérieur. Le tout sans masque, ni distanciation sociale. Pourvu que la menace d’une quatrième vague ne vienne pas gâcher la fête.

« On se contamine dans la cercle familial, le monde professionnel, les jeunes à l’école et dans leurs activités », rappelle Yves Coppieters, médecin épidémiologiste et professeur de santé publique (ULB). Outre la vaccination et le testing, il plaide pour un retour des gestes barrières pour enrayer l’avancée du virus. L’obligation étendue du port du masque buccal sera d’ailleurs au centre des discussions du Conseil des ministres restreint. A priori, pas question du retour du masque en extérieur. « Dans la rue, à part les grandes foules, il n’est pas très utile », affirme Yves Coppieters. Par contre, il pourrait être généralisé en Flandre à l’intérieur, notamment dans les magasins et les transports publics.

Le rétropédalage de la Flandre

Le nord du pays, bon élève en termes de vaccination, à jouer cavalier seul en se défaisant d’un grand nombre de contraintes sanitaires. Depuis le 1er octobre, le masque a disparu des magasins, des entreprises, de l’horeca et des écoles secondaires. Un parfum de liberté auquel s’est ajouté un arôme supplémentaire : la (presque) absence du Covid Safe Ticket. Mais c’était sans compter sur la recrudescence de l’épidémie. Par prévention, la Flandre enclenche la marche arrière.

Le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke, plaide pour une harmonisation des mesures sur tout le territoire. « Ce virus n’est pas très impressionné par les débats politiques. Il ne comprend pas très bien les frontières linguistiques non plus », a-t-il expliqué sur La Première. Il plaide pour la « regénéralisation » du masque et appelle les citoyens à le porter dans les espaces fermés, sans attendre les décisions politiques.

L’élargissement de l’usage du Covid Safe Ticket fait également son chemin. Dimanche, la gouverneure de la province d’Anvers Cathy Berx et le ministre flamand de la Santé Wouter Beke affirmaient que les communes pouvaient imposer le pass sanitaire à condition de se concerter avec le gouverneur.

Une quatrième vague évitable ?

« C’est encore une vaguelette », a rassuré Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19 sur le plateau de LN24. « C’est une augmentation brutale. En 8 jours, on a 50% d’augmentation des hospitalisations mais beaucoup moins que l’année passée. » Une quatrième vague serait synonyme de saturation des hôpitaux. Un scénario qui n’est pas encore à l’ordre du jour. « Avec l’efficacité vaccinale actuelle, il n’y a pas de raison que la vague des contaminations se traduise en vague des hospitalisations », estime Yves Coppieters. Quoi qu’il arrive, ni confinement, ni fermeture de certains secteurs d’activité ne sont prévus.

Sur le même sujet
Plus d'actualité