" Mourir libre, c’est mourir ", réagit Di Rupo à propos du Covid Safe Ticket

« Je suis le plus grand défenseur des libertés individuelles. Mais mourir libre, c’est mourir », a déclaré le ministre-président wallon sur Bel RTL, pour qui on « sous-estime le danger du virus ».

« Mourir libre, c’est mourir », réagit Di Rupo à propos du Covid Safe Ticket
©BELGAIMAGE

Une petite semaine à peine après son élargissement à Bruxelles, le Covid Safe Ticket fait déjà l’objet d’une plainte en justice. L’association de juristes Charta21 a en effet introduit une action en référé devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Elle pointe les manquements au respect de la vie privée engendrés par le contrôle du CST via l’application CovidScan.

Alors que l’extension du CST est prévue pour le 1 novembre en Wallonie, Elio Di Rupo a réagi après l’annonce de l’action en référé. « C’est trop facile de dire « Au nom de la liberté, de ceci, de cela », a lâché le socialiste. « Je suis le plus grand défenseur des libertés individuelles. Mais mourir libre, c’est mourir. Ce que je demande est de ne pas altérer les libertés de chacun mais protéger sur le plan de la santé ». « Hier, j’étais à Bruxelles, on m’a demandé mon CST, je ne me suis pas senti réduit en termes de liberté, j’étais même content que dans le lieu où j’étais, je savais que toutes les personnes étaient protégées », a poursuivi le ministre-président wallon.

Infections et admissions en hausse

Selon les chiffres de Sciensano publiés jeudi, entre le 11 et le 17 octobre, une moyenne de 3.249 personnes ont été contaminées chaque jour par le covid. Soit une hausse de 53 % par rapport à la semaine précédente. Lundi, on a même enregistré près de 6500 nouveaux cas. Il veut remonter à novembre 2020 pour retrouver plus de contaminations sur une journée.

Du côté des admissions quotidiennes à l’hôpital, on enregistre également une augmentation de 53 %. Au total, 997 personnes infectées sont hospitalisées (+27 %), dont 240 traitées en soins intensifs (+19 %). Quant aux décès, ils sont en hausse également avec près de 12 personnes décédées par jour en moyenne. Une situation épidémiologique qui est petit à petit en train de se détériorer, à telle point que le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a appelé à se préparer à une « quatrième vague ». Des propos que partagent Elio Di Rupo, pour qui « on sous-estime le danger du virus ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité