Vaccins anti-Covid: "une dose de Janssen ne suffit pas"

Des analyses en Allemagne montrent que les personnes vaccinées avec le vaccin Johnson&Johnson sont moins protégées, ce qui pourrait amener la Belgique à agir en conséquence.

Vaccins anti-Covid: «une dose de Janssen ne suffit pas»
@BelgaImage

À l’échelle internationale, les experts s’inquiètent de la protection inadéquate après une seule injection de vaccin Janssen. L’Allemagne offre aux personnes qui ont reçu ce vaccin une deuxième injection de Pfizer ou de Moderna. Ce plan est également sur la table en Belgique. Un avis est attendu début novembre.

Des données éclairantes

Lorsque le vaccin Janssen a été approuvé, il apparaissait déjà que la protection contre le COVID-19 était moins bonne que celle des vaccins à ARNm (Moderna et Pfizer). Mais depuis l’introduction du variant Delta, l’efficacité a également été décevante. Dans la mesure où les experts suggèrent maintenant que quiconque a reçu le vaccin Janssen n’est en fait pas entièrement protégé. «Il faut abandonner l’idée qu’une dose du vaccin Janssen suffit», estime Pierre Van Damme, professeur de vaccinologie (UAntwerpen) et membre du Conseil supérieur de la santé (CSS). «Tout comme nous devrions revoir le calendrier avec une dose supplémentaire pour les plus de 65 ans avec les autres vaccins corona».

En Allemagne, les personnes ayant reçu une dose de Janssen se voient déjà proposer une dose supplémentaire du vaccin Pfizer ou Moderna. Dans une analyse approfondie, le comité de vaccination allemand Stiko (l’équivalent allemand du groupe de travail sur les vaccins au sein du CSS belge) a abordé la question. Cette étude montre que les Allemands qui ont reçu une dose de Janssen ont été infectés ou se sont retrouvés à l’hôpital avec COVID-19 beaucoup plus souvent que les autres vaccinés.

En Belgique, le CSS examine actuellement si toute personne ayant reçu Janssen devrait recevoir une injection supplémentaire. L’avis à ce sujet est attendu début novembre. Chez nous, près de 400.000 personnes ont déjà été vaccinées avec Janssen. La moitié d’entre eux ont entre 35 et 54 ans. Le vaccin à dose unique a été spécifiquement utilisé pour protéger les personnes difficiles à atteindre ou difficiles à convaincre, par exemple par des équipes mobiles. Si la Belgique décide également d’offrir une deuxième injection à tous ceux qui ont reçu Janssen, il faudra beaucoup d’efforts pour la donner à tout le monde.

Sur le même sujet
Plus d'actualité