Le monde subit sa pire vague de Covid-19 (mais pas nous)

Des records de contaminations ont été atteints dans des dizaines de pays, parfois à des niveaux bien plus élevés que lors des pics précédents.

Un dépistage du Covid-19 à Hanoï le 11 août 2021, alors que le Viêt Nam est en partie confiné @BelgaImage

La Belgique a bien de la chance: alors qu’elle traverse l’été avec seulement une légère augmentation des cas de coronavirus, d’autres pays font face à une véritable catastrophe sanitaire. Il suffit de regarder aux Antilles françaises pour s’en rendre compte. Là-bas, l’épidémie de Covid-19 atteint des niveaux jamais atteints et les médecins évoquent une situation «extrêmement grave». La Martinique a dépassé les 1.000 contaminations par jour alors que jusqu’ici, le pire, c’était en automne dernier avec un peu moins de 200, et les décès suivent une courbe similaire. Mais la France d’Outre-Mer est loin d’être un cas isolé. Si l’épidémie est plutôt sous contrôle en Occident, des records sont battus aux quatre coins du monde.

Tous les continent touchés

Depuis juin, de très nombreux pays ont subi ou subissent actuellement leur pire taux de contaminations au coronavirus depuis mars 2020. Au total, près de 65 États sont dans cette situation selon les relevés épidémiologiques officiels. Ils sont en foncé sur la carte ci-dessous. Généralement, c’est le variant Delta qui est en cause au vu de sa plus forte contagiosité (60% plus que le variant Alpha qui dominait auparavant).

Premier constat: ces pays sont certes nombreux mais souvent dans des zones plus ou moins délimitées. Sont concernés: une bonne partie de l’Amérique latine, le Maghreb, l’Afrique méridionale, une portion de l’Afrique de l’Ouest, l’Asie du Sud-Est, l’Extrême-Orient (sauf la Chine qui confine dès qu’une légère augmentation des cas a lieu), le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Parfois, la situation est vraiment frappante, notamment en Asie. Le Viêt-Nam, qui n’avait jusque-là jamais vraiment eu de vague de Covid-19, subit cette fois de plein fouet l’arrivée du coronavirus. Au Japon, les contaminations sont aujourd’hui plus de deux fois plus hautes que lors du pic de mai dernier. En Indonésie, il y a aujourd’hui presque cinq fois plus de contaminations qu’en janvier. Et la liste des exemples est encore longue, même si parfois le dépassement du record est faible (comme au Brésil, en juin).

Sur le Vieux Continent, seule l’île de Chypre et une partie de l’Europe du Nord ont été fortement touchées ces dernières semaines. La Finlande vient par exemple d’égaler son pic de mars 2021 alors que l’Islande a complètement surpassé son record de l’automne dernier (environ 120 cas par jour en août contre 86 en octobre).

Il y a enfin quelques pays qui ont failli dépasser leurs pics précédents sans pour autant l’atteindre (en couleur claire sur la carte). C’est le cas de la Russie qui en juillet était sur le point de battre ses chiffres de décembre dernier. La Grèce est aujourd’hui très proche de son record, alors que l’Espagne et le Royaume-Uni s’en éloignent après une impressionnante hausse des cas.

Pas forcément une vague de décès

Cette vague de contaminations est impressionnante, c’est un fait. Pour autant, il n’y a pas partout un nombre incroyable de décès. Tout dépend surtout du taux de vaccination. S’il est faible, le Covid tue à grande échelle et inversement. C’est notamment ce qui explique la dégradation sanitaire en France d’Outre-Mer (environ 22-25% des Martiniquais et des Guadeloupéens ont reçu une dose, contre 67% au niveau national). Le même scénario se répète ailleurs. L’Iran vient par exemple de battre son record de décès (alors que seulement 3% de sa population est entièrement vaccinée). En Asie du Sud-Est, les morts s’accumulent aussi tandis que le taux de vaccination est extrêmement bas (la Malaisie fait un peu mieux avec 28% de personnes entièrement vaccinées, ce qui reste loin des 65% de la Belgique).

En revanche, dans les pays européens constatant beaucoup de cas de Covid-19, la situation reste calme. L’Europe du Nord est tranquille (la Finlande a 40% de personnes totalement vaccinées et l’Islande 71,5%), tout comme l’Espagne (61,5%), la Grèce (50,5%) ou encore le Royaume-Uni (60%). Mais en-dehors de l’Occident, rares sont les États à avoir pu déployer une campagne de vaccination massive. Cela commence à changer, par exemple en Extrême-Orient, en Malaisie ou encore au Brésil, mais ce mouvement reste lent et ces pays ne peuvent compter que sur d’autres stratégies pour limiter les décès (respect des mesures sanitaires, confinements, immunité naturelle…).

Sur le même sujet
Plus d'actualité