Emmanuel André taquine Jacques Borlée après ses déclarations sur le vaccin

La petite pique, pleine d'humour, d'Emmanuel André à Jacques Borlée soulève la question de l'impact de la vaccination sur les performances des sportifs.

Emmanuel André. - BELGA

Au mois de mai, à deux mois des Jeux Olympiques, Jacques Borlée, l’entraîneur des Belgian Tornados, s’était montré inquiet concernant le potentiel impact de la vaccination sur les performances sportives des athlètes. « On a de gros problèmes avec le vaccin. Après la première dose, on constate une perte de puissance entre 10 et 20 % pendant dix jours », avait lâché le patriarche de la famille en or sur le plateau de LN24. « Pour la deuxième dose prévue dans trois semaines, on parle aussi d’une perte de puissance, mais sur une période plus longue, jusqu’à 21 jours. »

Une sortie qu’Emmanuel André ne semble pas avoir oubliée puisque, deux mois plus tard, le microbiologiste y a répondu en partageant une photo de la victoire du relais 4x400m mixte, composé d’Alexander Doom, Imke Vervaet, Camille Laus et Jonathan Borlée. « Les vaccins fonctionnent », a-t-il commenté, suivi d’un smiley content. Le quatuor belge s’est qualifié vendredi en finale de ce relais olympique, en terminant à la troisième place de sa série, qui avait vu, dans un premier temps, la disqualification des Etats-Unis et de la République dominicaine. Dans ce contexte, décrocher une médaille relèvera de l’exploit. Verdict ce samedi.

Les vaccins affectent-ils les performances sportives ?

Mais, revenons-en aux déclarations de Jacques Borlée. Cet impact sur la performance sportive s’est-il vérifié de manière générale sur tous les sportifs de haut niveau ? « Il n’y aucune étude scientifique qui prouve cela de manière irréfutable », reconnaissait en mai dernier Marc Francaux, professeur de physiologie de l’exercice à l’UCLouvain, sans pour autant fermer la porte à cette éventualité.

Il est vrai que le vaccin contre le Covid-19, comme tout vaccin, peut donner lieu à des effets secondaires, comme de la fatigue, des maux de tête ou encore des douleurs musculaires. Pour l’instant, il n’existe aucune trace d’effet physique de la vaccination au-delà de quelques jours. Chez certains athlètes, selon Marc Francaux, une baisse de régime a effectivement été observée durant cette courte période, mais elle serait plutôt de l’ordre de 5%. Ce changement d’état pourrait néanmoins avoir des conséquences psychologiques, qui sont difficilement quantifiables, a accordé à France Info Laurent Uzan, médecin du sport.
   
Cette possibilité ne doit néanmoins pas être mal-interprétée: « cela ne veut pas dire que les sportifs ne doivent pas se faire vacciner mais il faudrait tenir compte de leur programme d’entraînement et de compétition pour les vacciner », clarifiait le professeur belge.  

La question avait également été abordée lors de l’Euro. Après la défaite de la France en huitièmes de finale, plusieurs amateurs de football avaient remis l’échec de Kylian Mbappé aux tirs au but sur le dos du vaccin contre le Covid-19. Bizarrement, celui-ci aurait eu l’effet inverse sur les joueurs suisses.

Plus d'actualité