Covid-19: pourquoi les contaminations augmentent à nouveau

Après plusieurs semaines dans la bonne direction, les contaminations repartent à la hausse chez nous. Plusieurs experts sonnent l'alarme.

Dépistage en cours en Flandre. - BELGA

La tendance observée depuis plusieurs jours se confirme dans les chiffres de l’épidémie de coronavirus en Belgique : les contaminations augmentent. Avec en moyenne 401 cas covid enregistrés par jour, entre le 25 juin et le 1er juillet, le dernier tableau de Sciensano rapporte une hausse de 19% par rapport à la semaine précédente. On est loin, certes, des 8.000 infections détectées en un jour lors de la deuxième vague, mais cette hausse n’est pas à prendre à la légère.

À Bruxelles, la valeur R est repassée au-dessus de la barre fatidique de 1. Ce qui signifie que l’épidémie suit une courbe ascendante. Une première en deux mois. « C’est une mauvaise nouvelle », commente Inge Neven, responsable du Service de l’Inspection d’Hygiène de la Cocom, alors que les autres indicateurs épidémiques commencent à stagner. « La situation reste à surveiller. »

Pourquoi ?

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette augmentation. L’effet vacances, d’abord. Avant de partir, de nombreux touristes belges se font dépister afin de pouvoir montrer un pass sanitaire à la frontière. Davantage de personnes testées, cela signifie davantage de cas positifs qui peuvent être détectés… Logique. D’autres, à leur retour de zones à risque, pourraient avoir également ramené le Covid-19 dans leurs valises.

certificat vert

Le certificat vert européen s’obtient, soit par une vaccination complète, soit par un test négatif au Covid, soit par une guérison. – BELGA

L’assouplissement des restrictions sanitaires a pu aussi avoir un impact sur les chiffres de l’épidémie, tandis que les experts pointent le variant Delta, à l’heure où il représente pas loin de la moitié des cas en Belgique. Découverte en Inde, cette mutation plus contagieuse s’est répandue dans d’autres pays d’Europe, poussant d’ailleurs le Portugal et l’Espagne à faire marche arrière dans leur déconfinement.

Le risque d’une quatrième vague

Vacances, déconfinement, variant Delta… Autant d’éléments qui font craindre une quatrième vague à la rentrée. Ajoutons à cela la reprise de l’école en présentiel en septembre. « Il va falloir rester très prudent pour ne pas réintroduire des contaminations en masse à la fin de l’été et avoir une nouvelle flambée épidémique », avertissait récemment Erika Vlieghe dans le Soir. « Ce n’est pas fini », a mis en garde ce lundi le biostatisticien Geert Molenberghs.

En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a alerté dimanche sur la possibilité d’une quatrième vague « dès la fin juillet », rappelant l’importance des gestes barrières.

Pour enrayer cette potentielle nouvelle vague, la solution prônée par le gouvernement est de miser sur la vaccination, quitte à la rendre obligatoire pour les soignants. Pour le moment, seuls 45% de la population majeure belge a reçu deux doses. Ce qui est loin des 70% souhaités. L’objectif est d’atteindre cette immunité collective pour septembre. En réalité, celle-ci se joue dans les prochains jours, compte tenu des délais à respecter entre les injections de vaccins. Le temps presse.

Plus d'actualité