La pandémie, une bombe à retardement pour les cancers

4.000 cancers n'ont pas été diagnostiqués en 2020 à cause du Covid-19. Les conséquences risquent d'être lourdes, malgré un certain rattrapage.

Plus un cancer est détecté tôt, meilleures sont les chances de guérison. - AFP

Un an et demi après l’apparition du Covid-19, les malades du cancer apparaissent comme des victimes collatérales de cette crise. Dans une étude publiée ce vendredi, le Registre du Cancer fait état de 6% de diagnostics de cancer en moins en 2020 par rapport à 2019, soit une estimation de 4.000 diagnostics manquants. La baisse la plus significative a été enregistrée lors de la première vague, au mois d’avril : le nombre de diagnostics a alors chuté de 44%. Un an plus tard, le retard se résorbe peu à peu, mais existe encore en 2021 (jusqu’en avril), avec une baisse de 4%.

Le constat est différent en fonction des âges et des tumeurs. Les plus touchés par cette absence ou retard de diagnostic sont les plus à risque face au coronavirus, les 80 ans et plus, avec une baisse de 44% lors de la première vague. Pour ce qui est de la deuxième, il y a encore 10% de diagnostics de cancer manquants pour cette tranche d’âge.

Cela étant, on peut se réjouir que « depuis le début de l’année 2021, le rattrapage est quasi complet dans les groupes d’âge de moins de 50 ans », selon la Fondation contre le cancer. Néanmoins, « il reste des efforts à fournir chez les personnes de plus de 50 ans. »

Comment expliquer une telle diminution ?

Par peur du coronavirus ou parce que les examens non-urgents ont été reportés, les patients ont évité les hôpitaux durant la crise sanitaire. Si l’on prend le cas des cancers de la tête et du cou, pour lesquels 14% de diagnostics en moins ont été posés en 2020, un élément en particulier entre également en jeu, à savoir la forte ressemblance des symptômes de ce type de cancer à ceux du Covid-19 : mal de gorge, nez bouché, toux, enrouement. Résultat : de nombreux patients ont préféré « rester chez eux », comme il était conseillé par les autorités.  

Autre facteur : les patients atteints de cancer de la tête et du cou sont en moyenne plus âgés, plus souvent des hommes, qui consultent moins et plus tard, et dont le système de soutien social est souvent faible, pointe le Pr Vincent Vander Poorten, spécialiste Nez-Gorge-Oreille et chirurgien de la tête et du cou à l’UZ Leuven.

La forte réduction des soins dentaires a également pu avoir un impact sur les diagnostics car, en temps normal, les dentistes détectent des cancers de la bouche à un stade précoce, avant même que le patient ne sente quoi que ce soit. En outre, les spécialistes ont pratiqué des examens moins approfondis, la nasolaryngoscopie étant un acte « condamné » pour « propagation de virus ».

La pandémie a aussi entraîné la suspension des dépistages systématiques des cancers du sein, du col de l’utérus, et du côlon, de la mi-mars à la mi-mai 2020. À la fin du mois d’avril 2021, il manquait encore 4% de diagnostics dans la population cible du dépistage du cancer du sein (50-69 ans) et 11% pour celle du cancer du côlon (50-74 ans).

Consultez !

Malgré un certain rattrapage qui se poursuit, la pandémie risque de peser lourd sur les cancers, première cause de mortalité chez les hommes et deuxième chez les femmes en Belgique. En effet, l’absence de diagnostic ne signifie pas qu’il y a moins de cas de cancer, mais que le diagnostic sera posé plus tard, et le traitement débutera à un stade plus avancé de la maladie. Il en résulte un risque de traitement plus agressif, sans parler du pronostic moins favorable. C’est pourquoi la Fondation contre le cancer encourage tous les patients à ne pas hésiter à consulter en cas de symptômes « nouvellement apparus ou persistants ». « Restons-y tous très attentifs et, le cas échéant, ne tardons pas à contacter notre médecin traitant car face à certains cancers, le temps perdu peut être lourd de conséquences », interpelle le Dr Didier Vander Steichel, directeur médical de la fondation. Car plus un cancer est détecté tôt, meilleures sont les chances de guérison.

Plus d'actualité