« La science, c’est comme un mur en briques » : la bataille d’Elisabeth Bik pour l’intégrité scientifique

Son nom ne vous dit sans doute pas grand-chose, mais dans son domaine, la microbiologiste Elisabeth Bik s’est taillé une belle réputation. Sa spécialité ? La chasse à la fraude scientifique.

Elisabeth Bik. - AFP

Débusquer les erreurs ou les fraudes dans les publications scientifiques est paradoxalement indispensable pour préserver la confiance en la science, explique la microbiologiste néerlandaise Elisabeth Bik, installée en Californie, figure de proue de l’intégrité scientifique.

Pourquoi vous être spécialisée dans l’intégrité scientifique ?
J’ai découvert le (problème) du plagiat par hasard, en 2013. Je vérifiais une phrase à moi (sur internet) et j’ai vu qu’elle avait été utilisée par d’autres. C’est devenu comme une pelote dont je déroulais le fil (…), j’ai découvert beaucoup de papiers qui avaient plagié, j’en ai signalé beaucoup et pas mal ont été retirés.

J’ai aussi découvert dans une thèse qu’une même image avait été utilisée pour deux expériences différentes, elle avait juste été retournée. Les photos dans des articles scientifiques sont généralement des données, ce ne sont pas que des illustrations, elles montrent vraiment des données.

Je faisais ça en plus de mon travail, mais en 2019 j’ai décidé de le faire à plein temps. Avant cela, je ne me rendais pas compte qu’il y avait autant de problèmes flagrants dans des articles. Je pense aussi qu’avec l’expérience, on voit mieux les erreurs ou les fraudes intentionnelles.

Pointer les problèmes publiquement, n’est-ce pas risquer de laisser croire que toute la science est malhonnête ?
Je ne veux pas que les gens pensent que toute la science est empreinte de fraude car ce n’est pas le cas. Je dirais que 99% des scientifiques sont très honnêtes et travaillent dur. On ne peut pas juste prendre un article (problématique) et extrapoler à toutes les publications scientifiques.

Elisabeth Bik

Mon travail est très important parce que les articles scientifiques se basent sur d’autres articles, les scientifiques lisent les articles de leurs confrères et construisent leurs recherches dessus.

La science, c’est comme un mur en briques. Nous, les scientifiques, posons des briques sur d’autres briques, et si une brique n’est pas stable, alors les gens qui construisent leurs recherches dessus ne le font peut-être pas sur un terrain stable. La science, c’est un continuum, et nous devons nous assurer que tous ses composants sont aussi bons que possible.

Les scientifiques ont toujours eu une confiance mutuelle dans leurs travaux. Je suis là pour dire que peut-être ne faut-il pas faire confiance aveuglément. Faire confiance mais vérifier.

Le Covid a permis à la science d’être en pleine lumière. Pour le pire ou pour le meilleur ?
Beaucoup de scientifiques discutent entre eux et parfois sont en désaccord, cela montre bien que la science est un processus. Dans des publications ou dans des congrès, les discussions peuvent être très féroces mais concernent le plus souvent des détails. C’est un processus normal, c’est comme cela que fonctionne la science.

Mais l’association entre une pandémie, les réseaux sociaux et toute la désinformation qui circule pousse beaucoup de gens à penser que toute la science est frauduleuse. Ce qui, encore une fois, n’est pas le cas.

Je pense aussi que certains médias, certaines émissions télé par exemple, ont une part de responsabilité, lorsqu’ils font débattre quelqu’un qui nie l’existence du virus et un scientifique, comme si leurs paroles se valaient, comme si c’était deux personnalités politiques avec des idées différentes.

Ce n’est pas juste car il y a peut-être un million de scientifiques qui soutiennent ce dernier et trois personnes qui croient à ce que dit l’autre.

Il y a eu beaucoup trop d’attention médiatique pour des « contrariens » farfelus qui se contentent de hurler à tout va que le virus n’existe pas.

Plus d'actualité