Des tests PCR gratuits, mais pas si vous avez refusé le vaccin ?

C’est le scénario que préférerait le ministre de la Santé. On sera fixé sur la question ce vendredi lors de la conférence de presse du Codeco.

Frank Vandenbroucke. (Belga)

Les tests étant encore nécessaires, pour voyager surtout, pour un bon moment, le sujet de leur prix revient régulièrement sur la table. De ce côté, nous ne sommes pas les plus mal lotis. Le tarif belge est un peu en dessous des 50€ mais ailleurs, cela peut atteindre plusieurs centaines d’euros. Mais dans d’autres pays, les tests sont tout simplement gratuits, comme en France notamment, ce qui joue probablement sur le débat.

Nos représentants politiques sont dès lors régulièrement interrogés sur le sujet et pour beaucoup d’entre eux, cette gratuité est nécessaire chez nous aussi.

Dernièrement, c’est Frank Vandenbroucke (Vooruit), le ministre fédéral de la Santé, qui a donné son avis sur la question en commission Santé à la Chambre. Selon les informations de La Libre, il serait, comme beaucoup, pour que ce testing soit plus accessible, mais pas pour tout le monde : uniquement pour ceux qui n’ont pas encore reçu leur invitation pour le vaccin. « Ils ont droit, selon moi, à un test peu onéreux ou gratuit mais pas ceux qui ont refusé la vaccination », aurait-il déclaré.

Son collègue Thomas Dermine (PS) s’est également exprimé sur le sujet sur Bel RTL ce mardi matin. Le secrétaire d’Etat pour la Relance ne semble pas pour une gratuité totale du testing, qui représenterait une très importante dépense pour la Belgique : environ 500 millions d’euros. Mais selon lui, il faut réfléchir à une solution pour ne pas léser une partie de la population : « La question peut se poser pour certaines catégories de personnes qui n’auront pas encore eu accès à la vaccination, comme les jeunes », a-t-il déclaré, mais en précisant « qu’il faudra des limites afin d’éviter que certains profitent du système ».

Enfin, une troisième membre du Gouvernement a pris la parole sur la question de la gratuité des tests PCR. « On va en discuter au sein du gouvernement », a répondu Eva de Bleeker (Open VLD), la secrétaire d’État au Budget, elle aussi inquiète du coup d’une telle mesure. « Mais si on fait tout gratuit, bien sûr ça augmente la dette publique. On va essayer de trouver un équilibre. »

Nous devrions donc être fixés sur le prix du testing ce vendredi lors de la conférence de presse du Codeco. 
 

Plus d'actualité