Covid: les Belges francophones rateront-ils l’objectif de 70% de vaccination?

Le nombre de personnes vaccinées est important mais la réticence vaccinale pourrait empêcher les autorités d’atteindre le but fixé.

Message appelant à atteindre 70% de personnes vaccinées au centre du Heysel, le 18 mars 2021 @BelgaImage

Protéger 70% des Belges du Covid-19, est-ce trop? Au niveau national, a priori, c’est faisable. Les Flamands se font pour l’instant massivement vacciner, ce qui fait grimper la moyenne. Mais au niveau de la Belgique francophone, les premiers doutes surgissent. Le sud du pays fait face à un plus grand scepticisme face aux vaccins anti-Covid et cela commence à inquiéter. À certains égards, atteindre ce seuil synonyme d’immunité collective semble compliqué.

Des chiffres honorables chez les 65+ mais insuffisants

En date du 5 mai, la campagne de vaccination a couvert 71-73% des Bruxellois de plus de 65 ans. En Wallonie, on est aujourd’hui à 77%-83%. Le but est donc atteint dans cette partie de la population, mais c’est tout pile à Bruxelles et c’est bien ça qui pose problème. Les enquêtes sociologiques montrent que les plus âgés sont parmi les personnes plus susceptibles de se faire vacciner. Alors si eux remplissent à peine cet objectif des 70%, qu’en sera-t-il des autres classes d’âge?

C’est d’ailleurs dans ce contexte que la Wallonie a lancé le 20 avril dernier son opération Revax pour inciter les plus âgés à continuer à se faire vacciner. Le but: s’approcher des chiffres flamands, où 93%-96% des plus de 75 ans sont protégés du Covid-19. Depuis le début de cette campagne, les pourcentages sont repartis quelque peu à la hausse. Le pourcentage chez les 75-84 ans wallons a bondi de +16% depuis le 14 avril (+9% depuis le 27 avril). Sur le même temps, la hausse chez les Bruxellois de cet âge s’est limitée à +6% (et seulement +3% depuis le 27 avril). Selon Yvon Englert, le commissaire corona en Wallonie, il reste aujourd’hui environ 110.000 Wallons de plus de 65 ans à vacciner et la région a encore bon espoir de les convaincre.

Le défi de l’adhésion des jeunes

Est-ce que ces signes positifs sont suffisants pour espérer atteindre les fameux 70% de Belges francophones vaccinés? Le Standaard en doute et ce pour une bonne raison. Pour remplir cet objectif, le quotidien flamand rappelle qu’en Israël, les autorités ont remarqué que les 70+ ont été 95% à se faire vacciner, alors que chez les personnes dans la vingtaine, ils étaient trois quarts à faire de même. Puisqu’il y a beaucoup de jeunes Israéliens, le compteur reste bloqué à 60% de la population totale vaccinée. Autrement dit, pour le moment, la Flandre peut espérer suivre ce même scénario et atteindre les 70% grâce à une population plus vieille.

Mais qu’en sera-t-il des Belges francophones à nouveau? Le Standaard ne cache pas ici son scepticisme, notamment à Bruxelles. S’il n’est pas possible d’atteindre au sud du pays les 95% chez les plus âgés, qu’en sera-t-il pour les autres classes d’âge? C’est la grande question. Mais tout n’est pas perdu pour autant. En France, les données montrent que l’adhésion à la vaccination a grimpé en flèche ces derniers mois: 42% en décembre, 56% en janvier, 61% en février et 70% en avril. En Belgique, les sondages ne donnent pas autant de renseignements mais il est possible que la même évolution s’y retrouve.

Et dans le cas où la Belgique francophone n’arrive pas à atteindre les 70%, il y a toujours de l’espoir. Déjà, il y a l’ouverture du vaccin à au moins une partie des mineurs, ce qui pourrait aider à se rapprocher de ce seuil. Ensuite, si cela ne suffit toujours pas, il faudra faire avec, comme Israël aujourd’hui (qui n’a d’ailleurs pas vacciné les mineurs). Or ce pays s’est presque totalement déconfiné, même avec 60% de taux de vaccination. Certes, il n’y a pas de retour total à la normale, mais il n’y a jamais eu aussi peu de cas de contaminations et il n’y a presque plus de morts. Les Belges francophones peuvent donc vraiment espérer pouvoir bénéficier d’une situation similaire. Mais la Flandre ne manquera pas de faire remarquer qu’elle aura été plus loin.

Sur le même sujet
Plus d'actualité